INTRODUCTION

 

Roi du grand écart en chanson, je le suis à l'instar de Pierre Perret, mon père spirituel que je salus. La comparaison s'arrête toutefois là, nos deux écritures étant très différentes, même si deux de mes premières chansons « Quiproquo » et «En toute sécurity » ont subi son influence.

Roi du grand écart de par des chansons romantiques à un bout, des chansons triviales à un autre.

J'ai écrit mille et un poèmes avant d'écrire des chansons à proprement dit, de composer et d'interpréter devant un public, c'est ce qui me singularise et créer des textes qui se lisent comme des poèmes.

Je n'ai pas le sentiment d'avoir évolué pour autant d'un art majeur (la poésie, la littérature) à un art mineur (la chanson), là-dessus je donne tort au grand Serge Gainsbourg... C'est plutôt le contraire à certains égards, car la chanson est exigente, un poème peut se permettre d'être déstructuré, la chanson non, la formule couplet-refrain même si pas indispensable incarne cette structure propre. La chanson impose un cadre. Et surtout, on écrit pas une chanson comme on écrit un poème, car le texte est fait pour être mis en musique et chanté, ce but préexiste et influe sur le texte. La plus grande raison cependant est que la chanson est une quintessence faite pour être partagée à un large public, et surtout, plus intimement, par elle j'exprime la quintessence de mon âme.

Pour le bon usage de ce livre, je précise qu'il est divisé en catégories. Qu'il est cependant difficile de mettre des chansons dans des cases, car certaines auraient pu être mis dans une autre catégorie. Ainsi, par exemple, on peut faire une chanson engagée avec de l'humour. Où la placer ? Dans la catégories « Chansons engagées » ? Dans la catégorie « Chansons humoristiques » ?

Entre parenthèse, qu'est-ce qu'une chanson engagée quand on est engagé dans son âme ? La chanson est un engagement, une « mission » pour moi, même, enfin ma passion à laquelle je me consacre, ou mon truc... J'ai mis sous la catégorie « engagé » les chansons qui me semblaient le plus relever de ce genre traditionnel.

A nouveau pour le bon usage de ce livre, je signale que les refrains sont intégralement cités. Pourquoi ? Parce que dans un bon nombre de chansons le refrain change, et puis cela nous permet de mieux lire ces textes comme on lirait un poème, dans son rythme et sa petite musique intérieure qui lui est propre. Le mot « refrain » coupe cela. Alors plus de longueur pour plus de confort et de force.

Enfin, ce livre comporte aussi les textes de deux poétesses contemporaines sur lesquelles j'ai composé : Marie Duval et Joëlle Eymery. On fera connaissance de leurs écritures très différentes à travers la catégorie consacrée à mon album maison intitulé « Des Bêtes et des Hommes », où figurent quelques textes d'elles en plus de ceux de poètes connus, Charles Baudelaire et Charles Cros, et des miens. J'ajouterai en toute fin quelques textes de poèmes d'Arthur Rimbaud sur lesquels j'ai composé et que j'interprète régulièrement, car ce poète m'est particulièrement cher. J'ai aussi beaucoup composé sur des poèmes de Gérard de Nerval, et un peu sur Victor Hugo, Paul Verlaine, Germain Nouveau, Stéphane Mallarmé, que des poètes français du XIXème siècle, mais je ne les ai jamais chanté en public.

Je me considère un peu comme un troubadour du XXIème siècle. Une de mes plus grandes références est Bob Dylan. Mais on m'a souvent rapproché de Hugues Aufray... Je suis dans cette lignée dans mon genre.

Dernière chose, j'ai créé en 2014 un jeu interactif « La boîte magique à chansons ». On tire de la boîte un papier avec un titre dessus. C'est la chanson faite pour le tireur au sort en principe. En principe, je la chante, là je ne pourrai pas..., mais vous pourrez toujours essayer ! Il y a la liste de numéros de chansons et aussi les liens vers mes blogs pour les écouter.

 

Bonne lecture.

 

Stéphane Gentilhomme