Tous les textes de chansons de Aube de L'Etoile

05 août 2017

Introduction

INTRODUCTION

 

Roi du grand écart en chanson, je le suis à l'instar de Pierre Perret, mon père spirituel que je salus. La comparaison s'arrête toutefois là, nos deux écritures étant très différentes, même si deux de mes premières chansons « Quiproquo » et «En toute sécurity » ont subi son influence.

Roi du grand écart de par des chansons romantiques à un bout, des chansons triviales à un autre.

J'ai écrit mille et un poèmes avant d'écrire des chansons à proprement dit, de composer et d'interpréter devant un public, c'est ce qui me singularise et créer des textes qui se lisent comme des poèmes.

Je n'ai pas le sentiment d'avoir évolué pour autant d'un art majeur (la poésie, la littérature) à un art mineur (la chanson), là-dessus je donne tort au grand Serge Gainsbourg... C'est plutôt le contraire à certains égards, car la chanson est exigente, un poème peut se permettre d'être déstructuré, la chanson non, la formule couplet-refrain même si pas indispensable incarne cette structure propre. La chanson impose un cadre. Et surtout, on écrit pas une chanson comme on écrit un poème, car le texte est fait pour être mis en musique et chanté, ce but préexiste et influe sur le texte. La plus grande raison cependant est que la chanson est une quintessence faite pour être partagée à un large public, et surtout, plus intimement, par elle j'exprime la quintessence de mon âme.

Pour le bon usage de ce livre, je précise qu'il est divisé en catégories. Qu'il est cependant difficile de mettre des chansons dans des cases, car certaines auraient pu être mis dans une autre catégorie. Ainsi, par exemple, on peut faire une chanson engagée avec de l'humour. Où la placer ? Dans la catégories « Chansons engagées » ? Dans la catégorie « Chansons humoristiques » ?

Entre parenthèse, qu'est-ce qu'une chanson engagée quand on est engagé dans son âme ? La chanson est un engagement, une « mission » pour moi, même, enfin ma passion à laquelle je me consacre, ou mon truc... J'ai mis sous la catégorie « engagé » les chansons qui me semblaient le plus relever de ce genre traditionnel.

A nouveau pour le bon usage de ce livre, je signale que les refrains sont intégralement cités. Pourquoi ? Parce que dans un bon nombre de chansons le refrain change, et puis cela nous permet de mieux lire ces textes comme on lirait un poème, dans son rythme et sa petite musique intérieure qui lui est propre. Le mot « refrain » coupe cela. Alors plus de longueur pour plus de confort et de force.

Enfin, ce livre comporte aussi les textes de deux poétesses contemporaines sur lesquelles j'ai composé : Marie Duval et Joëlle Eymery. On fera connaissance de leurs écritures très différentes à travers la catégorie consacrée à mon album maison intitulé « Des Bêtes et des Hommes », où figurent quelques textes d'elles en plus de ceux de poètes connus, Charles Baudelaire et Charles Cros, et des miens. J'ajouterai en toute fin quelques textes de poèmes d'Arthur Rimbaud sur lesquels j'ai composé et que j'interprète régulièrement, car ce poète m'est particulièrement cher. J'ai aussi beaucoup composé sur des poèmes de Gérard de Nerval, et un peu sur Victor Hugo, Paul Verlaine, Germain Nouveau, Stéphane Mallarmé, que des poètes français du XIXème siècle, mais je ne les ai jamais chanté en public.

Je me considère un peu comme un troubadour du XXIème siècle. Une de mes plus grandes références est Bob Dylan. Mais on m'a souvent rapproché de Hugues Aufray... Je suis dans cette lignée dans mon genre.

Dernière chose, j'ai créé en 2014 un jeu interactif « La boîte magique à chansons ». On tire de la boîte un papier avec un titre dessus. C'est la chanson faite pour le tireur au sort en principe. En principe, je la chante, là je ne pourrai pas..., mais vous pourrez toujours essayer ! Il y a la liste de numéros de chansons et aussi les liens vers mes blogs pour les écouter.

 

Bonne lecture.

 

Stéphane Gentilhomme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par histoiredeplume à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 juillet 2017

Les chansons de Aube de l'Etoile, artiste Asperger et roi du grand écart (partie 8 - Index des titres)

LISTE DE CHANSONS PAR ORDRE ALPHABETIQUE

 

 

A la Pointe de Bouchemaine (Aube de l'Étoile)

Amants, amis - amis, amants (Aube de l'Étoile)

Amarres (Aube de l'Étoile)

Amour troubadour (Aube de l'Étoile)

Au lit (Aube de l'Étoile)

Aux bords de Loire (Joëlle Eymery)

Ballade dans le vent (Aube de l'Étoile)

Blues pipi d'chat (Aube de l'Étoile)

Briollay mon pays (Aube de l'Étoile)

Ça lui donne envie de pleurer (Aube de l'Étoile)

Cantiques collection (Aube de l'Étoile)

Célesta (Aube de l'Étoile)

C'est la vie tu n'y peux rien (Aube de l'Étoile)

C'est pour toi (Aube de l'Étoile)

Cueilli comme une fleur au printemps (Marie Duval)

Chanson des palmipèdes(Marie Duval)

Chat pas chat pas chat (Aube de l'Étoile)

Conte de faits (Joëlle Eymery)

Danse ô monde (Aube de l'Étoile)

Dans ma maison (Aube de l'Étoile)

Debout (Aube de l'Étoile)

Différences (Marie Duval)

D'la poésie (Aube de l'Étoile)

Espoir d'eau (Marie Duval)

Étron (Aube de l'Étoile)

Être star (Aube de l'Étoile)

Fréquences (Aube de l'Étoile)

Gai comme un pinson (Aube de l'Étoile)

Génie (Aube de l'Étoile)

Hue (Aube de l'Étoile)

Humain (Aube de l'Étoile)

I believe (wo wo wo)(Aube de l'Étoile)

I love you (you are the one for me)(Aube de l'Étoile)

I have no words (to say my love) (Aube de l'Étoile)

I love le vélo (Aube de l'Étoile)

Je t'aime infiniment (Joëlle Eymery)

Je t'attends (mmmh)(Aube de l'Étoile)

Jeux de lit

Je veux composer un hymne (Aube de l'Étoile)

Josu Fari (Aube de l'Étoile)

Kazan (Aube de l'Étoile)

La femme de Barbe bleue (Marie Duval)

La langue française (Aube de l'Étoile)

L'Albatros (Charles Baudelaire)

La romance d'Hugues Aufray (Aube de l'Étoile)

La Vague (Aube de l'Étoile)

La valse de l'avant (Joëlle Eymery)

L'écorché vif (Joëlle Eymery)

Le dormeur du val (Arthur Rimbaud)

Le garçon et le bourdon (Aube de l'Étoile)

Le fado du crapaud (Charles Cros)

Le Joi (Marie Duval)

Le Prince (Marie Duval)

Le secret de ma vie (Aube de l'Étoile)

Les Chevaux (Joëlle Eymery)

Les Pingouins (Aube de l'Étoile)

Les préliminaires (Aube de l'Étoile)

Les vélos de la falaise (Joëlle Eymery)

L'Oreille dans le blues (Joëlle Eymery)

L'Otarie (Joëlle Eymery)

Ma Bohème  (Arthur Rimbaud)

Marie mon âmie (Aube de l'Étoile)

Ma chérie (Aube de l'Étoile)

Ma Crise (Marie Duval)

Ma douce (Aube de l'Étoile)

Maître du cœur (Marie Duval)

Maladresse (Aube de l'Étoile)

Mali blues (Aube de l'Étoile)

Maman a 60 ans (Aube de l'Étoile)

Ma mini comtesse (Aube de l'Étoile)

Ma moitié (Aube de l'Étoile)

Marilou (Aube de l'Étoile)

Menu chaud-froid (Aube de l'Étoile)

Merveille des merveilles (Aube de l'Étoile)

Miel (Aube de l'Étoile)

Miel et fiel (Joëlle Eymery)

Mon fils (Aube de l'Étoile)

Monsieur gros malin (Aube de l'Étoile)

Monsieur Robert est ornitho (Aube de l'Étoile)

Monsieur Troubadour (Aube de l'Étoile)

Moules-frites en bord de Loire (Joëlle Eymery)

Nos manies (Aube de l'Étoile)

Nuage (Aube de l'Étoile)

Papa tubes (Aube de l'Étoile)

Papy harmonica (Aube de l'Étoile)

Par un abracadabra (Aube de l'Étoile)

Pas facile (Aube de l'Étoile)

Petite histoire d'escargots (Marie Duval)

Que demande le peuple (Aube de l'Étoile)

Que la branlette est bonne (Aube de l'Étoile)

Rêve d'amour(Marie Duval)

Révélation (Aube de l'Étoile)

Ronde de l'amoureux  (Aube de l'Étoile)

Rose (Aube de l'Étoile)

Sacré troubadour (Aube de l'Étoile)

Sensation (Arthur Rimbaud)

Si on s'attendait à ça... (Aube de l'Étoile)

Seul au monde (Aube de l'Étoile)

Soleil (Aube de l'Étoile)

Swing de l'amoureux (Aube de l'Étoile)

Systèmes (Aube de l'Étoile)

Tilata (s'est mise à chanter)(Aube de l'Étoile)

Travelure (Serge Gainsbourg)

Troub'amour à Paris (Aube de l'Étoile)

Un petit rien (Joëlle Eymery)

Zoé (Aube de l'Étoile)

Posté par histoiredeplume à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les chansons de Aube de l'Etoile, artiste Asperger et roi du grand écart (partie 7)

 

TEXTES DE MARIE DUVAL

 

 

 

 

LE PRINCE (ou la gigue du prince)

 

 



 

Je suis le prince errant

J’vous dis pas mon tourment

Ma tour est démolie

Famille j’te remercie

Le prix d’ la liberté

S’paye pas sans intérêt.

 

Un homme encore entier

Une espèce en danger

Si j’vis c’est pour aimer

Tu vois qu’c’est pas gagné !

 

Je suis le prince marrant

J’aim’ mieux l’air con qu’méchant

Question d’tempérament

J’veux vivr’ toujours debout,

J’peux m’coucher pour jouer l’loup

Pas simpl’ d’joindr’ les deux bouts !

 

Un homme encore entier

Une espèce en danger

Si j’vis c’est pour aimer

Tu vois qu’c’est pas gagné !

 

 

Je suis le prince contant

Des cont’s j’en dis toutl’ temps

Et si tu fais les comptes

J’n’en ai aucune honte

Car j’fais d’bien bell’s rencontr’s

Sans compt’ du temps d’la montr’

 

Un homme encore entier

Une espèce en danger

Si j’vis c’est pour aimer

Tu vois qu’c’est pas gagné !

 

 

Je suis le prince de sang

Tu dis qu’c’est pas décent

Mais on évite le dram’ !

En fait j’élèv’ mon âme

Qui s’fout des gros billets

Sauf doux, ça m’fait rêver.

 

Un homme encore entier

Une espèce en danger

Si j’vis c’est pour aimer

Tu vois qu’c’est pas gagné !

 

Je suis le prince chantant

Artist’ au cœur d’enfant

La lun’ sait mon mystère

Mais j’ai les pieds sur terre

J’pens’ pas à mes vieux jours

J’espère vivre d’amour.

 

 

Un homme encore entier

Une espèce en danger

Si j’vis c’est pour aimer

Tu vois qu’c’est pas gagné !

 

Je suis le prince charmant

Qu’on sort au bois dormant

Un baiser m’fait cadeau (C.A.D.O.)

J’suis l’dauphin des Bobos

Et j’sais vivr’ dans l’instant

Pour qu’il m’offr’ son présent.

 

 

Un homme encore entier

Une espèce en danger

Si j’vis c’est pour aimer

Tu vois qu’c’est pas gagné

(Sauf si tu veux m’embrasser)

 

 

 

 LE JOI

 

 Ici tout se joue sur un regard

L’un pour l’autre se donne à voir

L’on attend d’un mot l’oeuvre d’art

D’un instant, on fait l’histoire.

 

Le Joi, cette chanson est pour toi.

Le Joi, cette chanson est pour toi.

 

Si nous habitions enfin nos corps,

L’un dans l’autre nous serions forts

De la matière de nos liens

Qui tissent nos vies de p‘tits riens.

 

Le Joi, cette chanson est à toi.

Le Joi, cette chanson est à toi.

 

Nous, là, nous marcherons vers demain

L’un par l’autre mis en chemin,

Vers là où d’un seul trait de plume

Naît la lumière de nos brumes.

 

Le Joi, cette chanson est en moi.

Le Joi, cette chanson est en moi.

 

Quand vient l’offre d’un désir qui palpite

L’un à l’autre sommes sans limite.

Sur les ailes de nos élans

Nous changeons de continent.

 

 Le Joi, cette chanson est pour nous.

Le Joi, cette chanson est pour nous.

 

Viens, Joi, danser dans nos âmes.

L’un avec l’autre sur ta gamme,

Accorde nos rythmes de vie

Pour jouer ton harmonie.

 

 

Le Joi, cette chanson est en nous.

Le Joi, cette chanson est en nous.

 

Ici tout se joue sur un regard

L’un pour l’autre se fait miroir

L’on attend sans mot l’oeuvre d’art

D’un instant, on vit l’histoire.

Le Joi, cette chanson est avec nous.

Le Joi, par cette chanson aide-nous

 

 

 

 

MAÎTRE DU COEUR

 

 

 

Tu mets dans ma vie toutes les couleurs de l'amour

Et tu ris pour le faire rimer avec humour

Je savoure les harmonies de ton corps velours

Avec toi le temps me semble toujours trop court

 

Comment aller plus loin sans accepter d'admettre

Que mon cœur conquis a choisi de se soumettre

Je rêvais pourtant d'une vie libre sans toi ni maître

Comment ai-je donc vécu avant de te connaître

 

Par tes yeux j'ai vu des aspects du monde changer

Et un arc-en-ciel embraser mes ombres grisées

A la source de ta vie j'ai trouvé tous les secrets

De c'qui unit tous les êtres même dans l'après

 

Comment aller plus loin sans accepter d'admettre

Que mon cœur conquis a choisi de se soumettre

Je rêvais pourtant d'une vie libre sans toi ni maître

Comment ai-je donc vécu avant de te connaître

 

Au cœur de tes bras avec ta chemise pour toile

Tu me racontes le spectacle vivant des étoiles

Et tu me dessines le portrait d'une lune d'opale

Quand elle s'baigne frémissante comme un animal

 

Comment aller plus loin sans accepter d'admettre

Que mon cœur conquis a choisi de se soumettre

Je rêvais pourtant d'une vie libre sans toi ni maître

Comment ai-je donc vécu avant de te connaître

 

 

Tu connais les chants d'oiseaux et les danses d'abeilles

Tu m'entraînes dans ta course incessante aux merveilles

C'est pour toi que chaque jour se lève le soleil

Et la lune te rencontre au creux de ton sommeil

 

Comment aller plus loin sans accepter d'admettre

Que mon cœur conquis a choisi de se soumettre

Je rêvais pourtant d'une vie libre sans toi ni maître

Comment ai-je donc vécu avant de te connaître

 

 

Près de toi la vie devient jeu sans peur ni frein

Ta joie complice m'enivre comme le meilleur des vins

L'éclat de ton âme aimante éclaire le chemin

Tu me prends la main pour me conduire vers demain.

 

Comment aller plus loin sans accepter d'admettre

Que mon cœur conquis a choisi de se soumettre

Je rêvais pourtant d'une vie libre sans toi ni maître

Comment ai-je donc vécu avant de te connaître

 

Comment aller plus loin sans accepter d'admettre

Que mon cœur conquis a choisi de se soumettre

Je rêvais pourtant d'une vie libre sans toi ni maître

Comment ai-je donc vécu avant de te connaître

 

 

 

 

 ESPOIR D'EAU

 

 

Je vis au flux de ta présence

En équinoxe nuit et jour

Et si je souffre d'intermittence

Tu es là comme un recours

 

Du fleuve à l'océan

Il est long le chemin jusqu'à toi

Mais ton charme au présent

M'ouvre les portes du pays de joie

 

Le bonheur de nos retrouvailles

Me précipite dans tes bras

Le souffle de tes lèvres de corail

M'inspire des hymnes à la joie

 

Du fleuve à l'océan

Il est long le chemin jusqu'à toi

Mais ton charme au présent

M'ouvre les portes du pays de joie

 

Je largue les amarres sur ta voie

Et je m'enivre de ta vie

Tu es le phare qui guide mes choix

Puisque l'amour nous relie

 

Du fleuve à l'océan

Il est long le chemin jusqu'à toi

Mais ton charme au présent

M'ouvre les portes du pays de joie

 

Aux rives de ton corps enchanté

Je suis le cours de l'amour

Je remonte à la source cachée

De l'origine de nos jours

 

Du fleuve à l'océan

Il est long le chemin jusqu'à toi

Mais ton charme au présent

M'ouvre les portes du pays de joie

 

 

 

 

AVENTURE FAROUCHE



L’heure du croque en bouche

Du vin qui se débouche

Tu sors de la douche

Tu fais l’oiseau mouche

Entre nous…rien de louche…

Je quitte mes babouches

Je joue la Sainte Nitouche

Qu’un rien effarouche

Dans cette escarmouche

Assis à touche-touche

Tu brûles… tes cartouches

C’est bon je découche…

Tes mains qui me touchent

Tes lèvres contre ma bouche

Contre toi je me couche

Pour un bouche-à-bouche

Ta tendresse fait mouche…

Je dors comme une souche…

 





RÊVE D'AMOUR



Mes rêves parlent de toi

Pourtant je veux t'oublier

J'ai besoin de tes bras

Je ne peux l'ignorer

Je te le dis

C'est toute ma vie

 

Crois-tu qu'ça peut passer

Si j'évit' d'y penser?

Est-ce qu'on choisit d'aimer

Quand c'est la destinée?

 

Déjà mes sentiments m'échappent

Cruelle étape

Crois-tu que je saurais un jour

Vivre sans ton amour?

Je t'espère chaque jour,

Te revoir, délicieux tourment

Quand j'te vois

Mon coeur prend son élan

 

Je ne te dirai pas

Les p'tits mots fatidiques

Près de toi je n'sais pas

J'n'entends plus la musique

Je te le dis

C'est toute ma vie

Comment ça va finir

Si tu m'ouvres les bras?

Je ne vais pas te fuir

Je n'attends plus que ça

 

Déjà mes sentiments m'échappent

Cruelle étape

Crois-tu que je saurais un jour

 Vivre sans ton amour?

Je t'espère chaque jour

Te revoir, délicieux tourment

Quand j'te vois...

Il n'y a plus que toi

 

Voilà mes sentiments dérapent

Sublime étape

Crois-tu que je pourrais un jour

Vivre avec ton amour?

Je t'espère chaque jour

Te revoir, délicieux moment

Quand j'te vois

Il n'y a plus que toi!





 

 

 

MA CRISE (c'que j'veux)

 

 

Je t'dis que j'en veux plus

D'cet' vie qu' j'ai pas voulue

J'te dis qu'c'est foutu

Ma partie est finie, ticket perdu

Je te dis que j'en veux plus

De cet' vie qu' j'ai pas voulue

Contresens et mots confus

J'en veux plus!

 

 

Je n'suis plus qu'un con, / un fauteur de crise

 

Mon programme s'enlise, ça crée la surprise

 

J'me suis bien perdu, où sont les balises?

 

Pour m'sortir de là, faut que j'm'organise

 

Ma vie est à moi, pour que j'la construise

 

Il'm'faut l'matériel, et qu'ça m'énergise

 

 

Je t'dis que j'en veux plus

D'cet' vie qu' j'ai pas voulue

J'te dis qu'c'est foutu

Ma partie est finie, ticket perdu

Je te dis que j'en veux plus

De cet' vie qu' j'ai pas voulue

Contresens et mots confus

J'en veux plus!

 

 

J'f'rais pas un pas d'plus dans vos chemins tordus,

Au risque du drame, j'veux trouver ma voie,

Ecouter mon âme, et suivre sa loi...

Quand j'dors éveillé, je la vois briller

Comm' pour me guider là où j'dois aller,

Sur le ch'min du coeur tant que je pourrais.

 

 

 

J'te dis ce que j'veux

Une vie où j'me sente mieux.

J'te dis que j'fais mon jeu

Je mise ma vie... sur cet enjeu.

j' te dis ce que j'veux

Une vie où...je me sente mieux.

C'qui fait sens à mes yeux

C'est c'qu'j'veux!

 

 

 

La femme de Barbe-Bleue

 

 

 Tu crois que tel baron

Qui fût si bon garçon

Mais un peu polisson,

A donné son illustre nom

A une femm' privée de son?

Elle nous donn'le ton...

 

(sur air de « Promenons-nous dans les bois ») 

 

Viv' la femme de Barbe bleue

Elle a fermé les yeux

Elle a jeté la clé

Pour ne pas être tentée

Elle a jeté la clé

Pour ne pas être tentée

Crénom de bleu

A la barb' de Dieu.

 

 

Aux Etats Unis

Crois-tu qu'il a ri

L'homm' qui fut démis

Pour une p'tite gât'rie

Mêm' s'il a menti

Sa femme a choisi...

 

 

 

Viv' la femme de Barbe bleue

Elle a fermé les yeux

Elle a jeté la clé

Pour ne pas être tentée

Elle a jeté la clé

Pour ne pas être tentée

Crénom de bleu

A la barb' de Dieu.

 

 

Tu crois que l'enfer

A sa porte sous terre?

Que dis-tu aux mères

De famille nucléaire

Réduites à se taire

Sous la loi du père?

 

 

Viv' la femme de Barbe bleue

Elle a fermé les yeux

Elle a jeté la clé

Pour ne pas être tentée

Elle a jeté la clé

Pour ne pas être tentée

Crénom de bleu

A la barb' de Dieu.

 

 

Qui suis-je pour juger

Mêm' si je peux penser

Qu'il faut évoluer?

Moi j'ai l'coeur entier

Tout prêt à aimer

Ton coeur plein de secrets

 

 

Comm' la femme de Barbe-bleue

Qui a fermé les yeux

Je jetterai la clé

Pour ne pas être tentée

Je jetterai la clé

Pour ne pas être tentée

Je veux t'aimer

Pas te juger

Jouer le jeu

A la barb' de Dieu.

Je veux t'aimer

Pas te juger

Jouer le jeu

A la barb' de Dieu.

Jouer le jeu

A la barb' de Dieu.

 

 

 Différences



Marche bizarre, allure décalée

C'est sûr que le programme a bugué

Il n'a rien de normalisé

Même sa famille l'a écarté

Car ce qu'il fait, il le fait comme personne

En ne comprenant rien aux gens qui raisonnent

Si les habitants parlent entre eux

C'est pas pour en faire un heureux

Tout le monde se détourne de lui

Et il en souffre, c'est pas une vie

 

Mais il suffit d'une seule présence

Pour que ça devienne une évidence

On se nourrit de nos différences

Par la connaissance

 

Avec ses yeux qui rêvent de ciel

Sa passion fait son potentiel

Mais dès qu'il casse trop de vaisselle

Ses compagnons se font la belle

Car ce qu'il fait, il le fait comme personne

En ne comprenant rien aux gens qui raisonnent

Si les habitants parlent entre eux

C'est pas pour en faire un heureux

Tout le monde se méfie de lui

Et s'il est seul, c'est pas une vie

 

Mais il suffit d'une seule présence

Pour que ça devienne une évidence

On se nourrit de nos différences

Par la connaissance

 

Dans son domaine, il vit à fond

C'est ça qui lui donne des frissons

Inutile de lui demander

De travailler sans intérêt

Car ce qu'il fait, il le fait comme personne

En ne comprenant rien aux gens qui raisonnent

Si les habitants parlent entre eux

C'est pas pour en faire un heureux

Tout le monde plaisante de lui

Et il l'ignore, c'est ça sa vie

 

Mais il suffit d'une seule présence

Pour que ça devienne une évidence

On se nourrit de nos différences

Par la connaissance

 

TEXTES DE JOËLLE EYMERY

Ce ne sont pas la totalité des textes de Joëlle sur lesquels j'ai composé et qui sont pour un grand nombre entré dans mon répertoire, loin de là. Je cite les textes qui ont été écrits pour moi, influencés par moi.

 

 MIEL ET FIEL

 

 

Un jour, je lui fis lire Miel, et connaissant mon histoire qui l'émouvait, elle en fit ce texte, moins « mielleux », enfin mellifère !

 

 

 

Tandis qu'ton doux nom brûle mes lèvres

Et lors que je goûte la saveur de son miel

Je suis atteint d'une étrange fièvre

Quelqu'un y a jeté son fiel

 

Que l'émerveillement de l'enfant perdure

Et que la ruche reste sans alarme

Je continuerai, je te le jure

De pleurer de divines larmes

 

Si l'abeille a invité la coccinelle

A butiner toutes les fleurs

C'est qu'elle préfère le sucré du miel

A l'amer de la rancoeur.

 

Et je continuerai, éternel amoureux

A chanter avec mon cœur et mon âme

Même si certains en d'autres lieux

Ne comprennent rien et condamnent

 

 

Ton doux nom brûle encore mes lèvres

Et je goûte la saveur de ton miel

Je suis atteint d'une étrange fièvre

Quelqu'un y a jeté son fiel...

 

Dans les immenses champs de fleurs

Je me repais en toute innocence

Les ruches chantent le bonheur

C'est le sucré de notre enfance.

 

 

 

APRÈS VINGT ANS

 

 

Était-ce le bon moment

De te revoir après vingt ans

Toi la petite fille aux yeux touchants

Au départ de ta grand maman

Dans ton regard comme un recueillement

Entre tristesse et joie scintillement

J'aurais voulu te faire serment

D'amour mais en l'instant

Ça me parut inconvenant

J'attends évadé du temps

Toi petite fille je t'attends

Et tristesse va t-en

 

 

 

 

 

 

L'écorché vif

 

 

Elle me présenta un soir ce texte que je me doutai toute suite écrit pour moi en pensant à moi, comme ça avait été le cas pour Le Prince de Marie Duval, mais contrairement à cette dernière elle s'en défendit, par pudeur sans doute. Bref ! je trouvai en vain un air. Le lendemain matin, il était trouvé. L'harmonica s'associa à l'émotion et la servit avec ma voix.

 

De quelle planète venait-il

Il n'en savait rien lui-même

Il était pourtant très habile

Pour chanter « Je t'aime »

 

L'écorché vif, ce malheureux chronique

Dans ses yeux plein d'étincelles

Valet de trèfle, valet de pique

Et le cœur viendra pour elle

 

Il a surgi sa guitare en bandoulière

Des fleurs dans les cheveux

Il ressemblait à mon grand frère

Celui qui avait rejoint les cieux

 

Je l'ai vu comme un enfant sauvage

Un animal encore jamais dompté

Il n'avait rien dans ses bagages

Sauf ses mélodies pour chanter

 

Et il est reparti comme il est venu

Emportant avec lui quelques étoiles

De ses rêves on n'a jamais rien su

Il n'en a pas levé le voile

 

 

 

 

L'oreille dans le blues

 

Joëlle m'offrit cette chanson en me la dédiant : « A mon frère Poissons » (mais pas pâmé, enfin si devant son texte qui me parut d'abord trop hermétique). Je venais de lui apprendre ma particularité autistique. J'en fis une chanson en prenant un couplet comme refrain. Comme je fais souvent avec mes propres textes.

 

 

Les solitaires égarés

Ont les yeux qui brûlent

Ils sont si esseulés

Prisonniers dans leur bulle

Leur cri est silencieux

Comme le pas dans la neige

Et nul, à part eux, n'entend le sortilège

 

 

C'est le soir incertain

Où les ombres s'épousent

Du vide dans la main

L'oreille dans le blues

 

 

Ils contemplent la nuit

Écoutent le silence

Ne voient pas l'astre qui luit

Empli d'insolence

J'aimerais leur dire

Que l'hiver n'a qu'un temps

Et qu'il leur faut sourire

Pour attendre le printemps

Que rien ne dure ici bas

Ni le jour ni la nuit

Ni le plus dur des combats

Ni le temps qui s'enfuit

La douleur d'aujourd'hui

Sera demain un souvenir

Ton cœur d'hiver meurtri

Retrouvera bientôt le sourire

 

 

 

 

Les moules-frites du bord de Loire

 

ce texte humoristique devenue chanson fut sauvé par la suppression d'indication de lieu. On sait juste que c'est au bord de la Loire. J'ai ajouté aussi un épilogue bien senti...

 

 

J'ai suivi un joueur de guitare

Un baladin au doux regard

Sur un bien joli site

Tout était bon, sauf les moules-frites !

 

LALALA

 

I' m'fit marcher tout l'long d'la Loire

J'étais fatigué, il était tard

Devant ma mine déconfite

I' m'proposa un bon « moules-frites »

 

LALALA

 

On a bien ri de tout et jusqu'à tard

Sur ce chemin de bord de Loire

Mais si une certaine force m'habite

Ça ne vient pas de son « moules-frites » !

 

LALALA

 

Les soirs d'ennui, les soirs d'brouillard

On peut toujours aller en bord de Loire

Mais c'est ainsi les choses sont dites

Faut pas y manger des «moules-frites » !

 

LALALA

 

Ah ce qu'ils sont dégu' ceux d'la Dinette

Faut pas y aller les soirs de fête

Les frites sont moll' les moules se marrent

Ell' s'ramassent pas en bord de Loire

 

LALALA

 

Vous qu'n'êtes pas nés d'la dernière averse

Doutez-vous bien qu'dans l'délire je verse

N'ayez crainte l'anecdote est belle, mais l'fait rare

Pouvez dégustez tranquill' des moules-frites en bord de Loire !

 

LALALA

 

 

Je t'aime infiniment

 

 

Un texte de Joëlle très poétique et lyrique qu'il m'a fallu beaucoup remanier pour pouvoir la chanter. Merci à elle pour son abnégation.

 

 

 

Je t'aime dans l'herbe fraîche, matinale

Dans la lumière qui point sur l'alentour

Dans l'envoûtant chant des cigales

Et la rivière qui chante au point du jour

 

Je t'aime dans le soleil qui darde ses rayons

Dans la brise exhalant parfums de fleurs

Dans les feuillages aux tendres chansons

Et sur la terre déployant ses couleurs

 

Je t'aime au crépuscule qui rosit l'horizon

Quand le monde s'apaise se fait silence

Quand les oiseaux roucoulent leurs émotions

Et l'étang devient magnificence

 

Je t'aime à l'heure où le jour jette sa mue

Dans le ciel s'allumant de milliers d'étoiles

Dans la lune jouant les ingénues

Et dans le nuage qui tendre se dévoile

 

Je t'aime à toute heure et chaque minute

Dans les douces empreintes des pas qui s'effacent

Dans les notes de guitare et de la flûte

Dans le temps arrêté ou le temps qui passe

 

 

Je t'aime infiniment

 

 

 

 

 Trois poèmes d'Arthur Rimbaud

 

 

 Ce sont des poèmes que j'affectionne particulièrement de lui et sur lesquels j'ai composé. D'ailleurs ils ont rejoint ma Boîte magique à chansons regroupant toutes mes compositions qu'elles soient sur des textes miens, de Marie Duval, de Joëlle Eymery, illustres inconnues, ou de poètes célèbres. Ma Bohème est ma préférée peut-être, ma composition très différente de celle de Léo Ferré que j'apprécie. J'ai composé Le dormeur du val à Roche où le poète a vécu, je me sentais dans le val en question. Sensation, c'est le lyrisme absolu en deux quatrains. Enfin ce sont trois bijoux.

 

 Ma Bohème (fantaisie)

 

 

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

 

 

 

Sensation



Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, - heureux comme avec une femme.

 

 

 

 

Le dormeur du val



C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

 

 

 

 

 

 Poème de conclusion

 

 

Le Petit train

 

 

Il m'a semblé bon de clore ce chemin en chanson en votre compagnie par ce poème, l'un de mes plus anciens, datant de 1995, parce qu'il est celui qui se rapprocherait le plus d'une chanson. J'appelai ça un leitmotiv (parce que locomotive...), mais ne pourrait-ce pas être aussi un refrain ? Ce poème pour enfant a été un peu influencé par la lecture de Paroles de Jacques Prévert que m'avait offert ma mère. Je l'écrivis dans un train, revenant de mes « trois jours » à l'armée. J'ai été exempté du service militaire de justesse après avoir fait trois fois appel, et grâce à un ancien colonel. En revanche, je me suis vite rendu compte que j'étais haut la main apte pour la poésie.

 

 

 

Dans le train

Dans le train

Qui cours qui cours

Destination Lamour

Destination Destin

Je dessine

Je fais un dessin

 

Rapidement

Si rapidement mes enfants

Que je n’ai pas le temps

De faire un grand un beau très joli dessin

C’est à cause du train

Parce qu’il va vite

Parce qu’il va loin

Parce qu’il file comme un lapin

Il est coquin le train

Il ne veut pas s’arrêter un peu

Pour que j’dessine la meumeu

Là-bas là-bas

Dans le champ qui s’en va

Il est coquin le train

Qui va va et va

Plus vite que ma main

Plus vite que mes doigts

Plus vite que toi

Qui lis à petite voix

Cette chanson pour toi 

 

Dans le train

Dans le train

Qui cours qui cours

Destination Lamour

Destination Destin

Je dessine

Je fais un dessin

 

Mais maintenant mes enfants

Si lentement mes enfants

Que j’ai tout mon temps mes enfants

De faire un grand un beau très joli dessin

Pendant que le train mes enfants

Va vite va loin mes enfants

Qu’il file comme un lapin mes lapins

 

Oh ! il bouge un petit peu

Mais c’est si peu si peu de choses

Un train qui remue un peu

Un train qui remue l’arrière-train

 

Allez les enfants

On chante la chanson du p’tit train ?

 

Dans le train

Dans le train

Qui court et court

Destination Lamour

Destination Destin

Je dessine

Je fais un dessin

 

Oui vous avez compris

Que pour un dessin réussi

Il faut dessiner avec la tête

Et non avec les yeux

Il faut dessiner avec le cœur

Et non avec la main

Parce qu’il suffit d’imaginer

Un petit peu

D’aimer les choses

Un petit peu

D’aimer le vie

Un petit peu

Pour faire un dessin

Qui compte beaucoup

Qui vaut le coup

Même « vilain »

 

Allons, allons mes infints

Chantons chantez le refrain

 

Dans le train

Dans le train

Qui cours qui cours

Destination Lamour

Destination Destin

Je dessine

Je fais un dessin

 

Et tant pis s’il est « vilain »

Peu importe son destin

Ce qui compte c’est l’ Amour

L’Amour l’AMOUR de toujours

Le reste ce n’est rien Mais rien mais rien

Rien qu’un petit train.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par histoiredeplume à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les chansons de Aube de l'Etoile, artiste Asperger et roi du grand écart (partie 6)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 CHANSONS EN ANGLAIS

(et leur traduction)

 

 

I BELIEVE (WO WO WO)

 

 

I believe in love of  my heart    wo wo wo

I believe in the music of my soul   wo wo wo

I believe in the road of my feet   wo wo wo

I believe in my little voice   wo wo wo



  And over my own life

I believe in the wife

And over my own wife

I believe in the life

 

I believe in the sky of my eyes  wo wo wo

I believe in the touch of my hand  wo wo wo

I believe in the kiss of my mouth  wo wo wo

I believe in the gold of my heart  wo wo wo

 

And over my own life

I believe in the wife

and over my own wife

I believe in the life

 

I believe in my potentiel  wo wo wo

I believe in my world stories  wo wo wo

I believe in my writes and my song   wo wo wo

I believe in the strong of my guitar  wo wo wo

 

And over my own life

I believe in the wife

and over my own wife

i believe in the life...

 wo wo wo



 Le truc à ne pas dire (juste pour rire):

« And over my own wife, I BELIEVE IN YOUR WIFE! »

 

2007

 

 

JE CROIS





Je crois en l'amour de mon coeur

Je crois en la musique de mon âme

Je crois en la route de mes pieds

Je crois en ma petite voix

 

Et plus qu'en ma propre vie

 Je crois en la femme

Et plus qu'en ma propre femme

Je crois en la vie

 

Je crois en le ciel de mes yeux

Je crois en le toucher de ma main

Je crois en le baiser de ma bouche

Je crois en l'or de mon coeur

 

Je crois en mon potentiel

Je crois en mes histoires du monde

Je crois en mes écrits et ma chanson

Je crois en la force de ma guitare

 

Et plus qu'en ma propre vie

 Je crois en la femme

Et plus qu'en ma propre femme

Je crois en la vie

 

 

 

 

OH I LOVE YOU, YOU ARE THE ONE FOR ME

 



I love you.You are the one for me. I see youlike you really. You are only, oh my little doe. You jump in my heart like a Hello

You arise like the dawn and I say Wo wo wo!You're my little girl

you are the sun smiling to the moon

 You are the moon smiling to the sun

I want to make love with you too. It's not a fun

I love you You are the one for me

I see you like you really

I love you You are the one for me

I see you like you really

 

Je t'aime. Tu es la seule pour moi. Je te vois comme tu es réellement. Tu es seule, oh ma petite biche. Tu sautes dans mon cœur comme un Bonjour. Tu surviens comme l'aube et je dis :Wo wo wo!

Tu es ma petite fille.

Tu es le soleil souriant à la lune

Tu es la lune souriant au soleil

Je veux faire l'amour avec toi. Ce n'est pas une plaisanterie.

Je t'aime. Tu es la seule pour moi. Je te vois comme tu es réellement.

 

 

 

 

OH MY LOVE, I HAVE NO WORD

 

 

I have no words to say my love. There is nothing above.  And I sing for you : Oh my love... Oh my love...Ooooh... Why you leave me ? I'm the best man of the world. You're very crazy to leave me

Every body say it

I have no love to say my words. But in my sky, there is again a dove. And she sing for me : « Oh my love... oh my love... Ooooh... Why you leave me ? You're very crazy to leave me. I am the best man of the world. Every body say it.You're very crazy. Now kiss you baby. Now kiss you baby...

 

Je n'ai pas de mots pour dire mon amour. Il n'y a rien au-dessus. Et je chante pour toi : Oh mon amour... Oh mon amour Ooooh... Pourquoi tu me quittes ? Je suis le meilleur homme du monde. Tu es vraiment folle de me quitter. Tout le monde le dit.

Je n'ai pas d'amour pour dire mes mots. Mais dans mon ciel, il y a encore une colombe. Et elle chante pour moi :

Oh mon amour... Oh mon amour Ooooh... Pourquoi tu me quittes ? Je suis le meilleur homme du monde. Tu es vraiment folle de me quitter. Tout le monde le dit. Tu es vraiment folle. Maintenant je t'embrasse. Maintenant, je t'embrasse, bébé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHANSONS COQUINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PRINTEMPS AU DERRIÈRE

 

(Chanson de troubadour ironique et coquin écrit en se promenant en campagne; parodie de l'amour courtois ou chanson d'amour courtois licencieux)

 

 

Mon Dieu, je ne cesse

De penser à ma princesse

Si j'lui dit qu'suis son prince

Elle va rigoler des fesses

 

J'suis un trou du' c'

Un trou du'c' qui pue du'c

Mais je peux écrire

Histoire de rire

Et puis décrire

Comment on fait

 

C'est simple, on s'défroque

Là, c'est l'super choc

Tu vois l'vilebrequin

De l'arlequin

Et moi l'chou rose

D'mademoiselle Rose

Avec en plus de ça

Ce qui pend sous le cou

C'est super chou

(Poil au cou)

 

On a l'printemps au derrière

On va droit devant

D'avant en arrière

D'arrière à devant

(poil aux dents)

 

 

Le bourgeon aime la fleur

La fleur aime le bourgeon

Ah comme c'est bon

On peut l'faire pendant quatre heures

(poil au cœur)

 

Ça fait un sacré concert

Voilà à quoi ça sert

De faire chanter les oiseaux

Et danser les roseaux

(poil aux os)

 

Qu'est-ce que t'as toi la vache

A bigler sur ma chanson

A ce que je sache

J'n'ai pas beuglé d'un rond

(Poil au con)

(j'te demande pardon)

 

 

J'vais t'faire avaler

Le fil barbelé

Ça t'f'ra un beau dentier

T'auras l'air plus entier

Et mon poing évité

Sans agressivité

(Poil au nez)

 

 

T'as une super vachette

Ave des super mirettes

Mais elle vaut pas ma princesse

J'préfère de loin ses fesses

 

Mon Dieu je ne cesse

De penser à ma princesse

Si j'lui dit qu'suis son prince

Ellle va rigoler des fesses

 

 

 

 

HORTENSIAS

 

(chanson délirante et fantaisiste inspirée par un travail dans l'horticulture)

 

A force de faire des boutures

J'ai l'bout dur

Les hortensias

C'est comme ça

 

Ha les hortensias

Ça met en joie

Sacré boulot

C'est rigolo

 

Avec Hortense

Je joue bien tu penses

Cachés entre les pots

Il y a de quoi faire bango

 

Ha les hortensias

Ça met en joie

Sacré boulot

C'est rigolo

 

Les boutures on les prélève

En tenue d'Adam et Eve

Des fois on fait la course

Brinquebalent nichons et bourses

 

Ha les hortensias

Ça met en joie

Sacré boulot

C'est rigolo

 

 

Ma chanson est délirante

J'espère bien

Les hortensias ça chante

Pour les poils pubiens

Ha les hortensias

Ça met en joie

Sacré boulot

C'est rigolo

 

 

On m'appelle Rodolphe

J'ai tout compris

Pas comme Adolf

Qui n'est pas free

 

Ha les hortensias

Ça met en joie

Sacré boulot

C'est rigolo

 

À Hortensia France Production

Y'a beaucoup de cochonnes

C'est pas vrai j'déconne

Demandez à not' bon patron

 

Ha les hortensias

Ça met en joie

Sacré boulot

C'est rigolo

 

Je crois que le soleil

M'a tapé sur la tête

Les hortensias ça paye

Et ça un air de fête

 

 

Ha les hortensias

ça met en joie

Sacré boulot

C'est rigolo

 

2009-2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

MALADRESSE

 

 

Un homme montant rencontre une jeune fille descendant

Voire condescendante

Qui promène son chien (la la la la)

(faire chien qui ahane)

Oui l'homme ahane comme le chien

La demoiselle dit: J'ose croire que ce n'est point à moi qu'elle s'adresse!”

  • Non mais de près ou de loin c'est pour vous qu'elle se dresse!

 

Pardon, j'me suis trompé, quelle maladresse!

Il faut que ma chanson se redresse...

 

Une femme montant rencontre un jeune homme descendant

Voire con descendant

Promenant sa chatte

La femme dit: “Moi aussi j'en ai une toute pareille, et quand on la caresse

sa petite queue se dresse

 

L'homme dit: “J'ose espérer que c'est pour moi qu'elle se dresse!

 

Pardon j'me suis trompé, quelle maladresse

Il faut que ma chanson se redresse...

Elle est en détresse Faut pas qu'on stresse

Finissons en caresses au lieu de pan pan fê-fesses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HUE!

 

 

 

Elle avait une queue de cheval

Et une croupe de jument

Une culotte de cheval précisément

Et un bijou d'amour, un bon beau val

 

 

Oh quand je faisais Hue

Elle faisait Hou Ha Ho Hi Hi Hi

Et quand était comblé son ...Hue!

Elle me disait: Je t'aime mon chéri

 

 

 

J'étais son vigoureux étalon

L'hôte choisie de sa douce écurie

Ah je raffolais qu'elle rie

Son double en bouche m'émoustillant tout le long

 

 

Oh quand je faisais Hue

Elle faisait Hou Ha Ho Hi Hi Hi

Et quand était comblé son ...Hue!

Elle me disait: Je t'aime mon chéri

 

 

Qu'ce soit au pas au trop ou au galop

Elle aimait quand de plaisir je piaffais

J'la cravachais tout doux, elle se cambrait

Et elle hénissait: “Oh mon beau... Allô?”

 

 

Oh quand je faisais Hue

Elle faisait Hou Ha Ho Hi Hi Hi

Et quand était comblé son ...Hue!

Elle me disait: Je t'aime mon chéri

 

 

Moi ma p'tite bête en feu dans sa rose en pleur

Elle chantait pour moi Les Sabots d'Hélène

J'étais pour elle cent pur-cent sans leur'

Car plus que tout son coeur m'tenait en haleine

 

 

Oh quand je faisais Hue

Elle faisait Hou Ha Ho Hi Hi Hi

Et quand était comblé son ...Hue!

Elle me disait: Je t'aime mon chéri

 

 

Elle entre Jeanne d'Arc et Calamity Jane

Au fond de son val brillant je faisais Roméo

J'étais son Perceval expert en rodéo

Et pour 'fester not' joie n'avions point de gène

 

 

Oh quand je faisais Hue

Elle faisait Hou Ha Ho Hi Hi Hi

Et quand était comblé son ...Hue!

Elle me disait: Je t'aime mon chéri

 

 

 

 

GAI COMME UN PINSON

 

 

Zoé de mon village était bien jolie fleur

Quand je la vis passer en vélo jambes nues

Je me pris à siffler un air bien connu

(sifflement de pinson)

 

Elle crut que c'était un pinson Zoé

Moi d'être un gros pinson crut Zoé

Vous z'étonnez pas qu'après mon coeur...

 

 

Gai comme un pinson,

Sautant comme un cabri

J'étais un grand garçon

Chantant comme canari

 

 

Il faut qu'une confession je vous fasse

Moi j'étais plutôt beau gosse

Je l'suis toujours, mais roule carosse

J'ai dit à Zoé: “J'm'appelle Rémi”

 

Tout d'suite elle m'a miré ma mie

Elle me voyait sans famille et presque sans fesses

Et...

 

 

Gai comme un pinson,

Sautant comme un cabri

J'étais un grand garçon

Chantant comme canari

 

 

Quand on est amoureux on voit que les yeux

Cependant ceux-ci couvent aut' chose...

Ainsi Zoé d'zieuter mon caleçon elle ose

Voit qu'ça bouge... “Oh y'a du monde dessous”

Mes bourses pleines, je dis: “Non, j'ai pas d'sous!

N'empêche pêche ou cerise, elle a trouvé ça bien soyeux...

et...

 

Gai comme un pinson,

Sautant comme un cabri

C'était un hérisson

Chantant comme canari... comme canari

 

(imitation du canari: “J'sais pas faire le canari... mais le pinson très bien: […] En fait c'est le chant du loriot...) Pinson des arbres : « ouais- ouais- ouais- ouais – c’est c’qu’on dit ! » (« La réalité est autre ! » pousse à la réflexion sur le ton de la raillerie)

 

 

 

 

 

D'LA POÉSIE

 

 

 

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

Que me dit ma p'tite Suzie

Sans qu'elle devienne cramoisie

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

C'est qu'elle aime la fantaisie

Et bien en rire ma p'tite Suzie

 

 

Elle y trouve même de l'âme

Elle dit que les tam-tams

Sont fait en peau d'zizi

De zizi popo tam-tam

 

Et je chante et je chante et je chante

 

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

Que me dit ma p'tite Suzie

Sans qu'elle devienne cramoisie

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

C'est qu'elle aime la fantaisie

Et bien en rire ma p'tite Suzie

 

 

Des soirs elle me dit tout bas

Que son cœur qui pour moi bat

Est tout fait en peau d'zizi

Et ça m'étonne pas de Suzie

Et je chante et je chante et je chante

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

Que me dit ma p'tite Suzie

Sans qu'elle devienne cramoisie

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

C'est qu'elle aime la fantaisie

Et bien en rire ma p'tite Suzie

 

 

Elle dit que les zizis ont des ailes

Que comme les hirondelles

Ils aiment faire du rase-motte

À zézette qui aime les carottes

Et je chante et je chante et je chante

 

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

Que me dit ma p'tite Suzie

Sans qu'elle devienne cramoisie

 

Des zizis d'la poésie

Y'a d'la poésie dans les zizis

C'est qu'elle aime la fantaisie

Et bien en rire ma p'tite Suzie

 

 

 

Quand je lui dis que mon cœur

Et tout en peau d'zézette

Elle rit et dit avec cœur

Qu'y a d'la poésette dans les zézettes

Et je chante et je chante et je chante

 

Des zézettes... de la poésette

Y a d'la poésette dans les zézettes

Elle l'a dit ma p'tite Suzie

Zizi zézettes sont sosies

Et... Des zizis d'la poésie... y a d'la poésie dans les zizis

Que rechante ma p'tite Suzie

Qu'j'appelle aussi ma p'tite Suzette

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 









 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHANSONS SUR L'AUTISME

 

 

 

ça lui donne envie de pleurer

 

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

Il se trouve qu'il est autiste Asperger

Sans le ficher faut bien nommer les choses

Mais autour de lui on ne croit pas la chose

On dit même que c'est pour se donner un genre

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

 

Faut dire qu'on dirait pas qu'il est Asperger

Étant adulte il fait bien illusion

D'abord il paraît normal puis un peu con

Bizarre incompréhensible jusqu'à faire peur

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

 

Remarque il ne comprend pas non plus les autres

Je veux dire les non autistes qu'on dit « normaux »

Il trouve que leur monde créer bien des maux

Et lui d'un autre monde il rêve d'un monde autre

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

 

Y en a qui croient qu'on peut en guérir

Même si on pouvait il ne le voudrait pas

Et on peut le comprendre vu comme il est sympa

Lui l'autiste artiste il trouve qu'il y a pire

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

Ça lui donne envie de pleurer

Mais il préfère en rire

Quoique parfois il a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

Y en a qui croient qu'on souffre d'être autiste

Si on souffre c'est plutôt des insolences

De ce que l'on rejette la différence

N'essayant pas de comprendre Ah que c'est triste

Ça nous donne envie de pleurer

Mais on préfère en rire

Quoique parfois on a envie d'en finir

De ne pouvoir parler

 

 

Et ça me donne envie de pleurer

pleurer de rire

Quoique j'aurais envie d'en finir

D'avoir trop bien parlé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SOLEIL

 

 

Chanson écrite pour une autiste. Elle m'écrivit, je cite texto : « une question a te posé comm emoi j'aime bien le Soleil est ce que tu pourraire me chanté une chanson j'aime le Soleil » Je ne savais quoi trop dire alors je me suis amusé sur le phénomène de répétition, ici du mot soleil, qui traduit un fonctionnement autistique, obsessionnel, c'était particulièrement prégnant chez elle. Et puis, elle vient de là...

 

 

Elle vient d'une île de soleil

En Europe où elle vit, c'est pas pareil

Alors tous les matins

Elle espère que la journée en sera plein

 

Soleil soleil ! De toi j'ai tant besoin

Soleil soleil ! Tu es mon meilleur copain

Soleil soleil ! Ô s'il te plaît prends ma main

Soleil soleil ! Sois là encore demain

Oui demain et après-demain, et après après-demain

Je veux du soleil !

Oui demain et après-demain et toujours, je veux du soleil

 

Elle m'a dit : « Comme moi aime bien le soleil

Est-ce que tu pourrais me faire une chanson

J'aime le soleil »

Pas de doute, elle aime le soleil...

Et j'espère ma chanson pleine de soleil

Et chantons avec elle, oui, chantons le soleil

 

Soleil soleil ! De toi j'ai tant besoin

Soleil soleil ! Tu es mon meilleur copain

Soleil soleil ! Ô s'il te plaît prends ma main

Soleil soleil ! Sois là encore demain

Oui demain et après-demain, et après après-demain

Je veux du soleil !

Oui demain et après-demain et toujours, je veux du soleil

 

Elle rêve d'amour et de soleil la nuit

La pluie elle aime pas ça, ça l'ennuie

Même si l'eau comme le soleil c'est la vie

Oui, mais... oui mais... elle est de Tahiti !...

Là-bas le soleil fait la danse des corps et des cœurs

Là-bas le soleil se chante avec les fleurs

Mahana mahana mahana here

Là-bas le soleil se marie à la mer – te miri

Ori mahana, ori mahana, ori mahana, mahana here

 

Soleil soleil ! De toi j'ai tant besoin

Soleil soleil ! Tu es mon meilleur copain

Soleil soleil ! Ô s'il te plaît prends ma main

Soleil soleil ! Sois là encore demain

Oui demain et après-demain, et après après-demain

Je veux du soleil !

Oui demain et après-demain et toujours, je veux du soleil

 

 

 

 

 

 

SEUL AU MONDE

 

Pareil que pour Soleil. La même personne me dit qu'elle était ou se sentait seule au monde et me demanda une chanson là-dessus. Et là encore je me suis amusé... sans moquerie. D'ailleurs, comme dans Soleil, malgré toutes les répétitions qui en deviennent à la fois comiques et pathétiques, c'est plus profond que ça en a l'air. Mais il me fallait mettre de l'humour.

 

 

Je suis seul au monde

Sans être tout à fait seul

 

Personne peut me comprendre

Et j'comprends presque personne

Y'a rien à y comprendre

Seul je suis au monde

Sans être tout à fait seul

 

 

Seul au monde

Suis-je seul au monde

Es-tu seul au monde

Sommes-nous seuls au monde

Dieu seul le sait-il

Lui qui est seul

Sans être tout à fait seul

 

 

Mais si je suis pas le seul

Au monde à être seul

Sans être tout à fait seul

C'est que je ne suis pas le seul

Ou alors je ne suis pas seul

À être seul au monde

Y a rien à y comprendre

 

Seul au monde

Suis-je seul au monde

Es-tu seul au monde

Sommes-nous seuls au monde

Dieu seul le sait-il

Lui qui est seul

Sans être tout à fait seul

 

 

Faut-il désespérer d'être seul

Puisque tout le monde l'est

Sans être tout à fait seul

Ça fait qu'on l'est pas tout à fait

Seul au monde au monde seul

La Terre aussi est aussi seule

Sans être tout à fait seule

Avec papa soleil et maman lune

 

 

Seul au monde

Suis-je seul au monde

Es-tu seul au monde

Sommes-nous seuls au monde

Dieu seul le sait-il

Lui qui est seul

Sans être tout à fait seul

 

 

 

On se sent moins seul ou pas seul

Quand on voit dans d'autres yeux des étoiles

Quand on parle qu'on rit qu'on chante

Y a du bonheur qui fait chaud au cœur

Puis on peut faire qu'on soit jamais seul

C'est une chance de pouvoir s'parler tout seul

Et l'Amour est seul, seule chose qui fait tourner le monde

 

 

Seul au monde

Suis-je seul au monde

Es-tu seul au monde

Sommes-nous seuls au monde

Dieu seul le sait-il

Lui qui est seul

Sans être tout à fait seul

 

 

 

 

 

 

 

Ces Pingouins

 

Ces Pingouins sont fantastiques

Comme la musique

Ils adoucissent les moeurs

Ils font du bien au coeur

 

Ils ont leurs jardins secrets

Une riche planète invisible

Ne brandissent ni Coran ni Bible

N'ont pas la tête aux décrets

 

Ces Pingouins sont fantastiques

Comme la musique

Ils adoucissent les moeurs

Ils font du bien au coeur

 

Ils sont la fleur de l'honnêteté

Ils sont touchants de naïveté

Ont la sensibilité des sensitives

Leur présence rassurante est positive

 

Ces Pingouins sont fantastiques

Comme la musique

Ils adoucissent les moeurs

Ils font du bien au coeur

 

Ils font des bulles avec douceur

Eux qu'on dit dans leur bulle

Avec les fées ils déambulent

Critiquer les autres n'est pas leur

 

Ces Pingouins sont fantastiques

Comme la musique

Ils adoucissent les moeurs

Ils font du bien au coeur

 

Se sont de grands maladroits

Dans leur corps et leurs relations

Des codes sociaux ils sont la proie

Leur repos est dans leurs passions

 

Ces Pingouins sont fantastiques

Comme la musique

Ils adoucissent les moeurs

Ils font du bien au coeur

 

Ils se foutent d'être hors-coursse

Ils sont simplement eux-mêmee

Auto-centrés, ce sont des crèmes

En eux est la source et la ressource

 

Ces Pingouins sont fantastiques

Comme la musique

Ils adoucissent les moeurs

Ils font du bien au coeur

 

 

Nos manies

 



Nos petites manies, quand elles nous tienn't en laisse

Il est hors question qu'elles nous laissent

Trinquons à nos petites manies

Que connaissent si bien nos mamies

Mais nos manies à nous sont bien à nous

Notre cher syndrome les met à genoux eh eh eh

Et pas moyen d'y échapper

Par elles on est super happé

Mais sans elles serions-nous happy ? Pipipipi...

N'est-ce  comme ce bonheur à faire pipi ? Pipipipi...

Les manies c'est ce truc tout con

Notre Comme d'habitude qui fait notre chanson

Elles sont de si fidèles compagnes

Qu'ce soit en ville ou à la campagne

 

 

Les manies pensent bien à nous

Elles nous sécurisent

C'est comme un doudou

Comme des mamans la bise

 

 

Les manies c'est l'assurance des rituels

Comm' un p'tit rien de spirituel

Y en a qui tous les jours rangent le frigo au cordeau

Y en a qui écoutent la musique pour faire dodo

En voilà un autre qui n'a pas la vie fade

Le matin la même promenade

A midi c'est croque-monsieur

Le soir s'envoie aux cieux

Y en a même qui sont réglés comme des horloges

Et comment ne pas en faire l'éloge

 

 

Les manies pensent bien à nous

Elles nous sécurisent

C'est comme un doudou

Comme des mamans la bise

 

Les manies c'est comme un ami

Pour la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

 

 





 

 

 















CHANSONS ENGAGÉES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M(endis)



Voici un poème devenue chanson, mais qui est vite sortie de mon répertoire. Pas facile à chanter et à partager en public... Reste une passagère réflexion par un jeu de mots.

Elle mendie

Il mendie

Ils mendient

Tu t’en dis quoi, dis-moi?

Quoi qu’ils mendient

Quoi qu’ils mendient

Ils mendient quoi, dis-moi ?

La charité

Je mens ? Dis !

La pitié

Je mens ? Dis !

Ils ont faim ils ont soif

Je mens ? Dis !

Je mens ? Dis !

Je mens-ens? O dis-moi



Demande frappée de cécité

Pourquoi la mendicité ?

Réponse de sourd à un aveugle

Je mens ? Dis !

Je mens ? O dis-moi !

 

Elle mendie

Il mendie

Ils mendient

Je passe à côté

Je mens ? Dis-moi !

Je mens? Dis!

Je men-ens? O dis-moi?

 

Je suis un pauvre égoïste

Je mens ? Dis !

Je n’aime pas qu’on me mendie

Je mens ? Dis !

Ça m’agresse ça m’humilie

Je mens,dis ?

Je men-ens, dis-moi?

Qu’ai je fait pour qu’on me rabaisse

Leur indignité m’indigne

Je mens ? Dis !

Je mens ? Dis !

Je men-ens ? O dis-moi !

 

Est-ce que je mendies moi ?

Je mens ? Dis !

Ça pourrait m’arriver

Dis si je mens !

Non ! Jamais

Jamais non

Je mens ? Dis !

Je mens ? Dis-moi !

Voyons, voyons, c’est Noël

Mais à quoi sert le père Noël

s’il ne donne pas aux mendiants

A manger à boire et un peu d’amour

Je mens ? Dis !

Je mens ? Dis !

Je mens ? O dis-moi !

 

La rue est remplie d’une chanson joyeuse

C’est Noël c’est Noël

Dans cette rue, dans cette rue

il y’a plein de gens

Dans cette rue, dans cette rue

il y’a deux trois mendiants

Dans cette rue du bon-heur il y’a moi

Et comme tous – Tous ? – et comme tous

Je m’éloigne des « pestiférés »

Je mens ? Dis !

Je mens ? Dis !

Je men-ens, dis-moi?

 

Je suis juste un pauvre poète

Pe-tit , petit rêveur

Qui n’aime pas être dérangé

Qui n’aime pas être supplié

Qui n’aime pas être contraint

Et ne pas se sentir indigne

A ne pas donner

A ne pas donner

Je mens ? Dis !

Je mens? Ô dis-moi !

 

Je suis un homme qui se pose question

Qui aimerait des solutions

J’aimerais les aider, les aider

Mais je ne suis pas papa Noël

Qui fait tomber des milliers d’cadeaux du ciel

Je mens ? Dis !

Je mens ? Dis !

Je mens ? O dis-moi !

Tu t’en dis quoi ?

Tu as dis quoi ?

T’as pas dis quoi ?

Tu paries quoi ?

Tu dédies quoi ?

Tu maries quoi ?

Tu mendies quoi ?

 

Ceci est un poème poette-poette

Qui vaut pas j’te plumerai alouette

Je mens? dis…

Je mens? dis…

Si je mens, ne l’dis pas.

 



 

 

EN TOUTE SÉCURITY

 

 

Il s'agit de la deuxième chanson influencée par Pierre Perret. Je l'ai mis à la sauce verlan pour être moins frontal, car ça visait une personne en particulier et pas n'importe qui... Drôle de paternité, quelques années avant j'avais écrit un poème humoristique intitulé Zizou et qui commençait par : « Zizou a t-il un zizi? Que oui que oui. »

 

 

Snarkosky a t-il un zizi

Que oui que oui

Un zizi à la onq

De la toute security

...

On l'a on l'a

Dans l'luc

 

 

Lui la piloce il connaît

Pour ça qu'est-ce qu'il est onq !

On sait pas s'il y est né 

Mais qu'il soit à Ripas où à Béonq

Il est trop content d'être Snarkosky

Zizi pané qui pu l'poiscaille tropiquon

Le maquereau de la canicule

On la dans l'os

Ce sacré zizi d'Snarkos'

 

Snarkosky a t-il un zizi

Que oui que oui

Un zizi à la onq

De la toute security

...

On l'a on l'a

Dans l'luc

 

Lui les banlieues il connaît

On dirait qu'il est né voyou

Il sait qu'la violence ça pousse pas n'importe où

Sa politique c'est du béton

Armé de bonnes intentions

À prévention maison de correction

Il dit faut pas déconner, m'prendre pour un onq

On l'a dans l'luc

Ce sacré Snarko'ulk !

 

Snarkosky a t-il un zizi

Que oui que oui

Un zizi à la onq

De la toute security

...

On l'a on l'a

Dans l'luc

 

Lui les prisons il connaît

On dirait qu'il y est né

Qu'c'est en fréquentant tant de onqs

Qu'il est devenu ce qu'on qu'on

ne dira pas

Faudrait être le prince des onqs

Pour lui donner la clé de la prison

On l'a dans l'trou

Ce sacré zizi Snarkosoû

 

Snarkosky a t-il un zizi

Que oui que oui

Un zizi à la onq

De la toute security

...

On l'a on l'a

Dans l'luc

 

Lui l'art il connaît

Pour ça il est pas trop com-

pliqué

La police en permanence, l'artifice en vacance

celui qui l'a dit

C'est pas un intermittent de la onquerie

Il connaît Picasso comme il connaît les poulets

On l'a dans l'anus

Ce sacré zizi Snarkosus

 

Snarkosky a t-il un zizi

Que oui que oui

Un zizi à la onq

De la toute security

...

On l'a on l'a

Dans l'luc

 

Lui l'intelligence y connaît - prout

Faut pas lui en vouloir il est croûte

constipé en permanence

On sait pas si c'est de naissance

En tout cas

Les onqs ça sait pas s'taire

Quand on est onq s'est constamment

On l'a dans l'fion

Ce sacré zizi Snarkampion

 

Snarkosky a t-il un zizi

Que oui que oui

Un zizi à la onq

De la toute security

...

On l'a on l'a

Dans l'luc

 

31 Mars 2004

 

 

J’ME DÉMÈNE

 

 

Ça me va bien « le pinson de la chanson », car je ne suis pas un rossignol, je ne suis pas une grande voix. Mais j'ai ma place, comme le pinson dont le chant m'a toujours enchanté. Un pinson dans son jardin, c'est un cadeau. Plus tard, je chanterai Gai comme un pinson . Mais bref, le sujet de cette chanson est ailleurs. C'est ma première chanson de style personnel qu'on peut qualifier d'engagée.

 

Je suis le pinson…de la chanson

Je suis le poinçon… de la connerie

Je suis le canard…des Canaries

Je suis le morpion… du charançon on-on-on

 

Et j’me démène… comme une chimène

Où que ça mène c’est pas l’hymen

 

Je sais pas quoi écrire

Ça pourrait être pire

J’pourrais ne pas chanter

Pour te décanter

 

Pas facile d’trouver l’émotion

Dans son troufion

C’est vachement plus facile

Dans les missiles –i-i-iles

 

De moi à vous, de vous à moi

Ce serait vachement d’émoi

D’voir nos amis amerloques

En loque

 

Si tu veux mon opinion

Sur les champignons

Va voir Hiroshima

Ou va dans les bois

Faut qu’on s’démène

Faut qu’on s’démène

Ça paye pas d’mine

De dire amen

Aux mines

 

La terre se meurt

Et nous aussi

Tant pis on s’fera l’bonheur

Au paradis

Alors continuons dans la misère

La vie est là, y’a pas d’mystère

Le monde ne tient qu’à une folie

Hitler, Le Pen ou not’ zizi

 

Si un jour vous voyez…dans la rue

Un homme marcher… le cul nu

Vous saurez mes ami(e)s la vérité

Elle est, elle est…dans sa nudité

 

Oh ! j’me démène

Comme un âne

Je suis en panne

 

Bon bah… Amen



2005





LE MONDE COULE, LA TOURTERELLE ROUCOULE



Cette chanson d'apparence patchwork a pourtant trouvée son unité par ses Tilata... Avec elle, j'avais passé un cap, et ma vie en avait trouvé un. La spiritualité commençait à être au centre de ma vie. Face à un monde que je craignais aller droit dans le mur, je ne pouvais que suivre une invitation... Mais il y a tellement de choses dans cette chanson !



Le monde coule

La tourterelle roucoule

Tiens la barre de ton cerveau Oh-oh

 

Tiens le bon cap

Regarde l’oiseau

Embrasse l’arbre et l’eau

Et chante

 

 

Tila-ta Tila-ta (etc.)

 

Aère-toi

Prends ton temps

Vis l’instant présent

 

Joue de la flûte ou d’la guitare

Regarde, le soleil se marre

Et chante

 

Tila-ta Tila-ta (etc.)

 

Ma mère a eu le cancer

Elle n’est pas la seule sur terre

A être une amazone oh-oh

 

Mais passé le cyclone

De l’assassine chimio

Qu’elle a arrêté

Elle s’est mise à chanter

 

Tila-ta tila-ta (etc.)

 

Je suis un romantique

Sauf quand une tique

Me prend pour

Son prince charmant an-an

 

Mais maintenant qu’on a

Un nouveau présida

On va bien voir si on va chanter

Ou déchanter

 

Tila-ta tila-ta (etc.)

 

Ô Anaïs

Beauté folle

Je suis fou de toi oi-oi

 

Oh pardonne le pot de colle

Mais si maintenant on se mettait

À chanter

 

Tila-ta tila-ta (etc)

Tila-ta tila-ta (etc)

 

 

2006

 

 

 

 

 

 

 

DEBOUT!

 

À l'origine intitulée Get up ! Je me suis dit : pourquoi pas parler français ? On est pas obligé de se la jouer « jeun's » et de faire à la Bob Marley pour être moderne. D'ailleurs, jamais je n'aurais cru qu'elle serait par certaines paroles autant d'actualité quelques années plus tard...

 

 

Debout !

La vie est là pour toi

Elle te tend les bras

Saisis-là

 

 Debout !

Tu verras poindre le jour

Un beau soleil d’amour

Pour toujours

 

Debout !

Le même sang coule dans nos veines

Les mêmes émotions humaines

Nous entraînent

 

Debout !

 C’est l’heure de faire un choix

S’assembler toi et moi

Pour la joie

 

 

Debout !

Si de temps en temps

Tu te dis « Bon sang !

Quel sale temps ! »

 

Debout !

 La pluie n’est pas un souci

La vie sans cesse sourit

A la vie

 

Debout! debout! debout!

Si le monde veut te tuer

Ne tue pas ta liberté

De chanter

 

Debout! debout! debout!

 Debout! debout! debout!

 Debout! debout! debout!

 

 

(2007)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUE LA BRANLETTE EST BONNE

 

Cela peut sembler de la provocation une telle chanson en plus placée dans les « chansons engagées » , mais, ayant beaucoup souffert dans mon adolescence d'une morale religieuse qui condamnait cet acte normal et sain, elle s'est imposée d'elle-même, comme une revanche. Ne manquant pas d'humour, elle devient vraiment engagée à partir du deuxième couplet. Une chanson salutaire sur air de style marin et proche de Renaud...

 

 

 

Je suis le roi de la branlette

Oh oui oh oui oh oui

J’y arrive même en mobylette

Oh oui oh oui oh oui

Dès fois quand j’pédale ça m’fait bander

Je suis naturellement frotté

Mais ne vais pas jusqu’à la giclée

Oh oui oh oui oh oui

 

 

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

Dites de quoi avoir honte

Oh oui oh oui oh oui

Si tous les jours je fais ma ponte

Oh oui oh oui oh oui

Avant de dormir ça détend

Et l’matin fait lever d’bon pied

Et puis y’a pas d’mal à prendre son pied

Oh non oh non oh non

 

 

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

 

Savez-vous y a longtemps ma religion

Non non non

Frappai cet acte d’interdiction

Oh oui oh oui oh oui

En nous disant que c’est impur

J’sais pas pourquoi mais j’me sens pur

J’me suis bein r’trappé ça c’est sûr

C’est sûr c’est sûr

 

 

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

 

J’préfère semer ma graine dans mon pieu

Oh oui oh oui oh oui

Que d’semer des bombes au nom de Dieu

Oh oui oh oui oh oui

A moins d’penser qu’c’est un homicide

D’lâcher comme ça ses spermatozoïdes

Ce s’rait plus que bizarroïde

Oh oui oh oui oh oui

 

 

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

 

Qu’ils gardent leur morale

Oh oui oh oui oh oui

Moi ça m’fait du bien au moral

Oh oui oh oui oh oui

Et j’suis sûr qu’j’suis pas l’seul

Même si on fait le bégueule

Moi j’en connais du genre catholique

Qui font d’la branlette hébraïque

 

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

Ah que la branlette est bonne

De haut en bas la musique sonne

Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

Ah que la branlette est bonne

Crie haut et bas ma chanson cochonne

Et si vous croyez que je déconne

J’f’rai des Oh et des Ah…

Et si vous croyez que je déconne

J’f’rai des Oh et des Ah…

Et si vous croyez que je déconne

J’f’rai des Oh et des Ah…

 

 

 

 

 

 

 

 

ICI ET LÀ-BAS

 

Dans cette chanson non intégré dans mon répertoire, j'oppose le tabac à l'ayahusca, deux modes de consommations différentes. J'étais encore tout imprégné de ma lecture de Le serpent cosmique de Jérémy Narby. J'étais un peu trop dans le trip... Aujourd'hui, je n'idéalise ni la cigarette ni l'ahuyasca. Si je fume de temps en temps, il m'est passé l'idée d'essayer un jour la plante hallucinogène d'Amazonie.

 

 

Ici l’tabac est un poison

Il est dissolution

Ça fait un feu de dragon

Ça fait un dragon de fumée

Illusion d’une solution enrhumée

 

Ici la fumée est reine

Belle moralité contemporaine

Tous sont bienvenus dans son royaume

Bienvenu au pays des gnomes

Intoxication sans peine

 

 

Mais…Il est un pays

Ou le tabac parle aux esprits

Il est un pays

En Amazonie

Où il est divin et sert d’appât

Pour parler aux plantes via l’ayahuacsa

 

Allez une dernière cigarette

Mais le cerveau s’entête

Aux poumons on fait la fête

Ça une allure de liberté

Sur nos âmes désertées

 

Une fois n’est pas coutume

Mais vite on s’accoutume

Il faut il faut qu’on fume

On est déjà intoxiqué

Alors y’a pas à tiquer

 

Mais…il est un pays

Ou le tabac parle aux esprits

Il est un pays

En Amazonie

Où il est divin et sert d’appât

Pour parler aux plantes via l’ayahuasca

 

 

J’ai pas bon tabac

Dans ma tabatière

On va pas faire un débat

La vie est déjà un combat

On en a ras la cafetière

 

Ici on fume le bédeau

Comme on mange au Mac Do

Ça n’a rien de sacré

Nos âmes en sont massacrées

Et la fumée va à vau-l’eau

 

Mais…il est un pays

Ou le tabac parle aux esprits

Il est un pays

En Amazonie

Où il est divin et sert d’appât

Pour parler aux plantes via l’ayahuasca

 

On préfère qu’on nous nique

Le mot chamanique

Créer la panique

Le monde rationnel

Coupe nos ailes

 

J’ai fumé, me suis arrêté

Une année, puis deux années

Et puis j’ai repris

Et comme un damné

Maintenant oui je prie

 

Mais…il est un pays

Ou le tabac parle aux esprits

Il est un pays

En Amazonie

Où il est divin et sert d’appât

Pour parler aux plantes via l’ahuyacsa

 

On a des serpents dans les gênes

Des serpents qui nous entraînent

Loin de la mécanique

Dans une danse cosmique

Sur un air chamanique

 

 

 

 

 

 

DAUPHIN

 

 

J'ai eu une véritable delphinomania à l'époque où j'ai écrit cette chanson, au point où je me suis identifié aux dauphins (délire que je transcendis par un sketch intitulé Mon dauph.) Le dauphin est peut-être un peu trop idéalisé, reste qu'il y a un message écologique, de paix et d'amour.

 

 

On aime le dauphin

Il est notre meilleur copain

Il aime le genre humain

Jusqu’à s’laisser mourir de sa main

 

Dauphin, matrice…

Ça me rend triste

 

Mais écoutez son chant d’oiseau

S’harmoniser avec l’eau

Écoutez comme c’est beau

Le dauphin veut soigner nos bobos

 

Dauphin, matrice…

T’es un indice

 

Regardez les sauter en cœur

Ils sont comme frères et sœurs

De la liberté il est la fleur

De la mer il est la douceur

 

Dauphin, matrice…

Feu d’artifice

 

Ô pourquoi tous les cétacés

Ne nous disent même pas « C’est assez » ?

De tant d’amour sommes-nous agacés

Pour que par nous ils soient tués ou blessés ?

 

Dauphin, matrice…

Quel sacrifice !

 

Que cette chanson nous enivre comme le vin

Qu’elle nous mette tous main dans la main

La baleine balaiera la haine demain

Grâce au dauphin ambassadeur du divin

 

Dauphin, matrice…

Je suis ton fils !

 

Chorus :

C’est le message des dauphins

Des baleines et des marsouins

C’est le message des dauphins

C’est le message aux humains

 

 

 

LA BALLADE DU SALS

 

 

Au début de cette chanson « de scout », on parle du joi. Le joi est aussi le titre d'une chanson de Marie-Duval qui a fait l'objet d'un remaniage par mes soins, véritable partenariat. Il s'agit de l'énergie d'amour qui reliait les troubadours à leur dame loin d'eux, la dame de leurs pensées.

 

Les oiseaux font l’amour au soleil

Dans le langage du joi

L’âme imprime en merveille

Le chant troubadour des oies

 

Le présent est là, la vache !

Il va par monts et par vaux

Il est la noble tâche

Qui rend le cœur dévot ooh-oh

 

Des ciseaux hirondelles

Cisèlent dans l’azur myosotis

Des mots de paix éternelle

Que leur doux cœur d’oiseau tissent

 

Le présent est là, la vache !

Il va par monts et par vaux

Il est la noble tâche

Qui rend le cœur dévot ooh-oh

 

Un papillon d’or envoie des signes

Flamboyants au clair du soleil

La lune donne son lait de cygne

Au sol des pas vermeils

 

Le présent est là, la vache !

Il va par monts et par vaux

Il est la noble tâche

Qui rend le cœur dévot ooh-oh

 

Un village se fait tout roux

Et les cloches bringuebalent

Un nouveau paysage fait coucou

Esquisse d’un nouvel idéal

 

Le présent est là, la vache !

Il va par monts et par vaux

Il est la noble tâche

Qui rend le cœur dévot ooh-oh

 

Le coq chante à la marche du sel

Des vignes offrent un air tranquille

Au pas des maisons frôlant ciel

Dessous les montagnes en file

 

Le présent est là, la vache !

Il va par monts et par vaux

Il est la noble tâche

Qui rend le cœur dévot ooh-oh

 

2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MÉDIE

 

Une chanson qui fut vite mise aux oubliettes, le texte un peu moins...

 

 

Qui ne te connaît Dame Info, qui?

Qui n'a été, Dame! sous ton emprise

Qui n'a, charmé, vu son âme surprise

Qui devant toi ne s'est senti rikiki?

 

Comment de la multitude d'infos

Démêler en soi le vrai du faux

Le savoir sans la Connaissance

Ne peut-il stériliser les fertiles naissances?

 

Médie, médite

Médite Médie

 

Belle opulente, je te reconnais Médie

Médie Perce, Médie Gerce, Médie Berce

Mon âme, mon coeur, mon esprit

Tu es très forte, Médie, je me dis

Oh mais ne crois pas que je médis

Je cherche que l'info suprême se verse

 

Oh moi comme tous de la télé un enfant

Ne vais pas condamner ses surfants

Et bénis soient canards et internet

Ta toile, Médie, sur la planète

 

Mais, Médie, dis, rends-tu l'âme forte

Peux-tu faire, dis, que je n'avorte

N'endorme pas en ton lit mon être

Faire que, Ciel! Il se dépêtre?

 

Médie, médite

Médite Médie

 

Belle opulente, je te reconnais Médie

Médie Perce, Médie Gerce, Médie Berce

Mon âme, mon coeur, mon esprit

Tu es très forte, Médie, je me dis

Oh mais ne crois pas que je médis

Je cherche que l'info suprême se verse

 

 

Ce dont je me nourris me construit

De ce que je sème je récolte un fruit

Par discernement évite les bancs de sable

Sachant, Médie, qu'existe un roc stable.

 

On cherche en toi, Médie, ce qu'il y a à l'intérieur

Trop te fréquenter rend impuissant ou fait peur

J'ai trouvé en mon âme ma Bien-Aimée

Elle me donne l'essentiel qui est d'aimer

 

Médie, médite

Médite Médie

 

Belle opulente, je te reconnais Médie

Médie Perce, Médie Gerce, Médie Berce

Mon âme, mon coeur, mon esprit

Tu es très forte, Médie, je me dis

Oh mais ne crois pas que je médis

Je cherche que l'info suprême se verse

 

 

Ma vie est ici, au présent, Médie

Tu pèses peu sur ma vie, Médite.

 

 

 

 SYSTÈMES

 

Une chanson que je voulais écrire pour Zaz... A partir du second couplet cependant, elle est devenue nettement plus personnelle. Et finalement elle s'est intégrée à mon répertoire.



L'âme solitaire mais solidaire

J'ai retroussé les manches pour ensemencer la terre

L'âme-musique portée sur le vert

J'ai charrié notes et mots pour ce monde à l'envers

Où l'argent hissé au-dessus de l'humain

Le coeur berné est jeté par dessus-bord

Ce monde j'en ai par-dessus bord

Mais brandis l'espoir à deux mains

 

 "Si tu m'aimes

Je t'aime"

 Dis le système

 Je dis qu'il faut qu'on s'aime

 Que le bon on sème

Si je vous porte sur le système

Y a pas de problème

Je vous aime

 Quand même

C'est mon système

 

 On dit tel homme malade mental

Pour avoir dans le coeur de trop emballées étoiles

Pour poète amoureux avoir une marche "anormale"

Qu'on dit car faut pas que dépasse un seul foutu poil

A la douce folie on s'en prend

A la folie meurtrière on se pend

Mais moi du pur doux fou je m'éprends

 

 "Si tu m'aimes

Je t'aime"

 Dis le système

 Je dis qu'il faut qu'on s'aime

 Que le bon on sème

Si je vous porte sur le système

Y a pas de problème

Je vous aime

 Quand même

C'est mon système

 

 Toi fier d'être né sur le beau sol de France

 Tu te demandes: "J'ai droit à quelle différence?

 Est-ce que par hasard je peux être moi-même

Si ma famille m'exclut pour un malheureux thème*

Un geste un mot de travers qui déchante qui décante

J'ai mal mais sais mieux pourquoi je chante

Aux gris anathèmes j'envois mes chrysanthèmes "

 

 "Si tu m'aimes

Je t'aime"

 Dis le système

 Je dis qu'il faut qu'on s'aime

 Que le bon on sème

Si je vous porte sur le système

Y a pas de problème

Je vous aime

 Quand même

C'est mon système

 

L'âme solitaire mais solidaire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AMARRES



Les couplets sont sous forme d'acrostiche, le même répété trois fois. Le lien avec C'est pour toi et d'autres chansons est évident. C'est une chanson pour ainsi dire sponsor de mon chemin en chanson engagé par l'amour d'une femme devenue muse. L'harmonica y est intraséquement lié, plus même que Papy harmonica..., et sonne haut les amarres larguées, la soif de nouvelle vie surtout.



Mais comment donc suis-je arrivé là

Évidemment c'est pour trouver des bras

Le coeur amarré à la marée des yeux

Idéal qui flamboie de mille feux

N'est-ce pas pour conjurer la déroute

Assoiffé follement j'ai pris la route



Ô dis-moi, beauté, quel monde nous sépare

Sait-on ce qui se prépare

C'est une nouvelle vie que je démarre

Parce que vraiment, j'en ai marre

Alors oui, je largue les amarres

Mais pas sans ma guitare

Non pas sans ma guitare





Miel d'amour tairai-je ton nom

Éminemment je dirai non

La chanson a le gros cœur

Infusion d'âme chargée de fleurs

Née par amour, née pour t'aimer

Accouchement de moi-même, mais...



Ô dis-moi, beauté, quel monde nous sépare

Sait-on ce qui se prépare

C'est une nouvelle vie que je démarre

Parce que vraiment, j'en ai marre

Alors oui, je largue les amarres

Mais pas sans ma guitare

Non pas sans ma guitare



Mais qu'est-ce que j'ai là à chanter comme ça

Épris de liberté, Dieu guide mes pas

La chanson est pour moi un porte-voix

Ici et maintenant, telle est ma voie

Nul ne sait ce que je vais devenir

A part Dieu que je prie pour nous réunir

 



Ô dis-moi, beauté, quel monde nous sépare

Sait-on ce qui se prépare

C'est une nouvelle vie que je démarre

Parce que vraiment, j'en ai marre

Alors oui, je largue les amarres

Mais pas sans ma guitare

Non pas sans ma guitare



(2014)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BRIOLLAY MON PAYS

 

 

Une chanson engagée ? Et pourquoi pas ? De toute manière, je ne savais pas dans quelle autre catégorie je pouvais la placer, et il m'a semblé qu'ici elle avait une petite place.

 

 

Briollay

Village plein de grâce

Je te rends grâce

Mon pays de miel et de lait

 

Briollay

Village plein de grâce

Je te rends grâce

Mon pays de miel et de lait

 

Dix ans que mon âme se déploie

Dans ton berceau de chants d'oiseaux

Écrin d'eau de deux rivière

Débordantes d'amour en prière

Sarthe et Loir

Matin et soir

Émerveillement de l'aube au crépuscule

Du damier des goganes comme des campanules

 

Briollay

Village plein de grâce

Je te rends grâce

Mon pays de miel et de lait

 

Briollay

Village plein de grâce

Je te rends grâce

Mon pays de miel et de lait

 

Tes paysages sont doux comme les plus doux visages

On dirait qu'ils prédisposent à une vie sage

C'est peu et c'est beaucoup dix ans sur tes rivages

Que d'inspiration tu m'as donné en partage

Moi humble résident de la cité des oiseaux

Baignant l'hiver son pied au pied des eaux

Loir berçant mon âme comme un bateau

 

Briollay

Village plein de grâce

Je te rends grâce

Mon pays de miel et de lait

 

Briollay

Village plein de grâce

Je te rends grâce

Mon pays de miel et de lait

 

 

 

(dernier couplet d'origine:)

Je veux encore chanter mon p'tit pays par quelques tableaux

L'espace soudain plus grand par le clairon des loriots

L'étang en fête sous le vol ciselant des hirondelles

La patience d'un héron pendant que roucoulent tourterelles

Des grenouilles les concerts d'enfer ont un goût de paradis

Visite sur balcon des rouge-gorges et mésanges si ça t'dit

 

 

 

 

QUE DEMANDE LE PEUPLE

 

 

Un restaurateur me dit d'écrire une chanson qui s'intitulerait Que demande le peuple, je l'ai fait illico en terrasse, face au port de mer. Il y a bien des choses que j'ôterai aujourd'hui, car j'ai un peu trop idéalisé le peuple et n'était pas assez réaliste (« propose, il dispose »), manquant de conscience politique et de vue globale ; l'Homme étant ce qu'il est et vivant pour une grande partie dans ses instinct animaux, c'est toujours plus facile de dénoncer dans la simplification du très complexe de l'état des choses, mais je veux la garder telle quelle, telle qu'elle fut enregistrée. Et puis, il y a des choses telllement d'actualité ou bien envoyées... A chacun de faire son miel finalement.

 

 

Que demande le peuple Ohé que demande le peuple

Boire à sa soif Manger à sa faim

D'un toit chaleur et intimité

Que demande le peuple Que la fraternité

 

Que demande le peuple – La vie comme une chanson

Que demande le peuple – La paix, l'amour à foison

Que demande le peuple – De la joie, du bonheur

Que demande le peuple – D'être élevé comme un enfant par ses parents Bien-Aimants, bienveillants, de grandir en responsabilité, gouvernants...

 

Que demande le peuple, le levain de demain

La fraternité autour d'un verre de vin

Que demande le peuple, la réponse va tellement de soi

 

L'offre doit satisfaire la demande, le capital centré sur le cœur

Tout ce qui génère le bien-être, l'harmonie

 

Que demande le peuple. Tout ce dont un humain a besoin pour être bien.

Que demande le peuple, peuple lié à la Terre, le Ciel

Que demande le peuple, peuple lié comme une femme

Propose, il dispose Propose, il dispose

 

Que demande le peuple – Le peuple règne sans erreur

Il unit l'esprit et le cœur

 

Un homme sain d'esprit et de cœur n'impose pas par la terreur

Que demande le peuple – Une paix royale !

Entendez, petits rois de pacotilles – Une paix royale !

Que demande le peuple roi

Qui a l'Amour comme reine

La reine comble le roi, le roi comble sa reine

Eh Que demande le peuple Eh que demande le peuple

 

(parlé:)

Les idées, les croyances ne valent que si elles ne vont pas à son encontre

Les idées, les croyances ne valent que dans la rencontre, la concorde

Sois bien avec ton Frère, sois bien avec ta Soeur

Que demande le peuple

 

J'ai entendu dire qu'on ne donnait pas de la confiture à des cochons

Mais je vois que le peuple est la confiture à des cochons

Faisant du peuple une confiture de cochons

Des cochons en confiture

Des cochons en confiture

Cochonnerie sans figure, l'embourbant, le vautrant dans la cochonnerie

Ah la cochonnaille on aime ça, oui mais...

 

Quoi ? Elle est pas plus belle la vie sans guerre ?

Quoi ? Les juifs ont-ils la nostalgie d'Auschwitz ?

Et les poilus l'ont-ils eu des tranchées

 

Et toi Dame Télé, Dame Média, tu te regardes dans le miroir des fois ?

Eh ! Tu crois que je passe tout ma sainte journée à te mater

Oui, tu as des yeux captivants – à défaut d'être toujours beaux, intéressants.

Oh mon jardin avec ses oiseaux est beaucoup plus intéressant, tranquillisant et nourrissant pour mon âme, alors ?

Et puis mon jardin intérieur il est sacré

 

Quoi ? Gauche, Droite, on s'en fout, on veut le Centre

Blanc, noir, jaune, rouge, on s'en tape comme dans un tableau

Dans la variété, l'humain est si beau comme la Terre

 

Eh bah quoi, c'est pas de l'uniformité qu'il nous faut

Mais l'union et la réunion dans le conseil de la Belle Bleue et l'assentiment du ciel

 

Je ne fais pas partie du peuple des abeilles, je pense

Mais j'y pense aux abeilles

Comment ça se fait qu'il y ait des humains plus cons que nos intelligentes abeilles ?

 

Ah ça suffit

J'aimerais bien pouvoir tout dire, mais...

J'ai tant de choses à dire, moi l'autiste, mais...

La chanson réclame son refrain

Et le peuple est la chanson, alors...

 

Que demande le peuple Ohé que demande le peuple

Boire à sa soif Manger à sa faim

D'un toit chaleur et intimité

Que demande le peuple Que la fraternité

 

(juillet 2014)

 

 

 

Humain

 

I am a human before a man

Je suis humain avant d'être un homme

You are a human before a woman

Tu es humaine avant d'être femme

 

 

Viens... viens prends ma main...

Viens... viens prends ma main...

 

 

Je suis heureux d'être humain

Bien que le monde me mette chagrin

 

Viens... viens prends ma main...

Viens... viens prends ma main...

 

Je suis heureux d'être en vie

La Nature me ravit

 

Viens... viens prends ma main...

Viens... viens prends ma main...

 

Bien des fois j'ai voulu mourir

C'qui m'a sauvé c'est juste d'écrire

 

Viens... viens prends ma main...

Viens... viens prends ma main...

 

I am a human before a man

Je suis humain avant d'être un homme

You are a human before a woman

Tu es humaine avant d'être femme

 

Viens... viens prends ma main...

Viens... viens prends ma main...

 

 

2015

 

 

 

 

BALLADE DANS LE VENT

 

C'était une feuille qui se baladait

Sur le chant d'un baladin

Par le vent elle se baladait

Sur un air de baladeur

 

Là elle séchait les larmes d'un enfant

Victimes d'armes aveugles

Les mêmes qui tuent les éléphants

Circulez y a rien à y voir...

 

C'était une feuille qui se baladait

Sur le chant d'un baladin

Par le vent elle se baladait

Sur un air de baladeur

 

Là elle s'offrit en sa blancheur

Pour qu'un homme écrive avec ses pleurs

La vierge fut heureuse de ne l'être plus

Et l'homme heureux d'avoir pu

 

C'était une feuille qui se baladait

Sur le chant d'un baladin

Par le vent elle se baladait

Sur un air de baladeur

 

Là elle s'roula comme un pierre

Sur un air des Rolling Stones

Qui parlait d'un arc-en-ciel j'espère

Et le monde ne fut plus stone

 

C'était une feuille qui se baladait

Dans le cœur d'un baladin

Pour une femme elle se baladait

Sur un air de baladeur

 

(2017)

 

 

 

Les cloches sonnent

(d'après Bob Dylan)

 

Il s'agit d'une écriture libre d'après la chanson Ring them bells de Bob Dylan et non d'une traduction. J'ai simplifié, raccourci tout en essayant de conserver l'esprit, le leitmotiv l'a été en tout cas.





Les cloches sonnent nuit et jour

Pour appeler l'amour

Les cloches sonnent pour effacer

Nos déboires et nos fautes

Et tracer la route

Coûte que coûte

A travers la nuit et le jour

 

Les cloches sonnent

Dans les coeurs résonnent

Les cloches sonnent

Pour que l'amour se donne

Pour que l'on se pardonne

Pour qu'on se dépoisonne

Les cloches sonnent en nous

Comme une prière à genoux

 

Les cloches sonnent jour et nuit

Pour que l'amour luise

Les cloches sonnent en elle et lui*

Pour chasser les ennuis

Et tracer leur route

Avec moins de doute

A travers le jour et la nuit

 

Les cloches sonnent

Dans les coeurs résonnent

Les cloches sonnent

Pour que l'amour se donne

Pour que l'on se pardonne

Pour qu'on se dépoisonne

Les cloches sonnent en nous

Comme une prière à genoux

 

(2017)



 

 

 

Chemin

 

 

Regarde le ciel mon ami(e)

Il t'offrira ses oiseaux

Regarde l'oiseau mon ami(e)

Et tu sauras le poids des choses

Et tu comprendras mon ami(e)

Que ta vie est peu de chose

Profite donc mon ami(e)

Du parfum des roses

 

Et si ton coeur est étoilé

Ton chemin sera lumière

Si ton coeur est enfermé

Ton chemin sera amer

Si ton coeur est enfermé

Ton chemin sera amer

Mais si ton coeur est étoilé

Ton chemin sera lumière

 

Tu sais que la vie ne vaut rien

Mais que rien ne vaut la vie

Alors vis là, vis la bien

Et que rien ne la dévie

Et si elle est pleine de soucis

D'épreuves et de deuils

N'oublie pas qu'il y a aussi

La beauté des écureuils

 

Et si ton coeur est étoilé

Ton chemin sera lumière

Si ton coeur est enfermé

Ton chemin sera amer

Si ton coeur est enfermé

Ton chemin sera amer

Mais si ton coeur est étoilé

Ton chemin sera lumière

 

(2017)

Posté par histoiredeplume à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les chansons de Aube de l'Etoile, artiste Asperger et roi du grand écart (partie 4)

PARTIE 4

 

CHANSONS HUMORISTIQUES

(voire délirantes...)

 

 

 

 

 

 BLUES PIPI D'CHAT

 

 

Je sens le pipi d’chat

D’en dessous les bras

Ah ! Il faut voir ça

Comme on m’fuit comme la merda

Même mes amis n’osent pas

Me dire que j’pus le pipi d’chat

Croyez-moi ou croyez-moi pas

Ça m' mets dans un bel embarras

 

Même moi quand j’sens mes sous d’bras

Même moi quand j’sens mes sous d’bras...

J’retire mon nez en faisant « Pouah ! »

Mais je ne vais quand même pas

Ne plus sortir à cause de ça

Si ? Ah bah vous, vous êtes sympa

Je suis dans de beaux draps

Dites-le franchement ce que vous voulez taire

Qu’c’est pas étonnant que j’sois célibataire

Eh bien sachez qu’j’saurais pourquoi quand le miracle arrivera

C’est qu’elle préfère le pipi d’chat au pipi d’rat aaa...

 

(2006)

 

 

 

 JOSU-FARI

 

 

 

J'suis tellement beau

Qu'le miroir en reste muet

Le soleil s'lève tous les matins

Pour dire que j'suis beau

Ça rime pas mais tant pis

J'suis quand même le plus beau

 

 

Ça c'est du pur jus d'Josu

Ça c'est du Josu pur jus

- Josu-Fari !

 

J'oublie mes tickets d'avion

Mais j'suis l'chef-d'oeuvre de la création

Même si j'crois en l'évolution

La vie n'est qu'une récréation

 

Ça c'est du pur jus d'Josu

Ça c'est du Josu pur jus

- Josu-Fari !

 

Je collectionne les conneries

J'révolutionne la comédie

Je fais des rots de cachalot

J'suis l'beau gosse J'roule ma bosse

Tous mes potes ont en tête

Ma super pelle en mobylette

 

Ça c'est du pur jus d'Josu

Ça c'est du Josu pur jus

- Josu-Fari !

 

Je suis complètement soul

De didgeridoo

Mais j'ai l'look de Pérou

C'qu'est vraiment fou

C'est d'partir sans l'sou

Croyant qu'c'était pas l'Pérou

 

Ça c'est du pur jus d'Josu

Ça c'est du Josu pur jus

- Josu-Fari !

 

Foutez-vous d'ma gueule

Ça m'fait une belle guibole

Mais regardez-moi c'guignol

Qui est en train d'se foutre de ma gueule

Avec sa gueule de Mireille Matthieu

Et qui joue comme un pieu

Devant moi qui joue comme un dieu.

 

Ça c'est du pur jus d'Josu

Ça c'est du Josu pur jus

- Josu-Fari

 

Mais surtout si vous voulez

Être boulanger

Assurez-vous qu'vous n'êtes pas

Allergique à la farine

Sinon ça l'f'rait pas

Elle s'rait pas tellement fine celle-là

 

 

Ça c'est du pur jus d'Josu-u

Ça c'est du Josu pur jus-u

Sacré sacré Josu

Tu es bien mon frère pur-jus-u

 - Josu Farine Josu Fari ! – aïe aïe aïe !

 (2007)

 

 

 

TA YOURTE

 

 

 Mon p'tit frère de quoi t'as l'air

Maintenant qu'suis l'plus beau

Ça fait un peu bobo

Mais de tous mes frangins

T'es l'plus drôle d'engin

J'espère qu'ça t'console

T'as pas l'air con sur ton sol

 

De haut ta yourte

Ressemble à une tourte

Mais de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

 

Mon p'tit frère célibataire

Solidaire avec son frère

J'veux pas enfoncer l'clou

Mais t'es un peu mon chouchou

Qui charrie bien aime bien

Alors c'est quand

Qu'tu décroches le gros lot

T'en a vu des lolos

Mais ils t'échappent au bout d'un moment

Ça c'est pas marrant

 

Mais de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

Mais de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

 

Mon p'tit frère tu m'fais rire

Dès fois sourire

Un peu de travers

Il faut l'dire

Mais de tous c'est toi qu'jpréfère

Question délire

Oui question délire

 

 

Car de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

Mais de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

 

 

J'sais pas combien de yaourtes vaut ta yourte

J'veux bien qu'tu m'la donne

Pour cent Danones

Alors la Mongolie

Tu t'y crois mon chameau

Moi j'préfère une nonne au lit

Qui m'fait l'chalumeau

 

 

Car de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

Surtout que de bas mon plafond

Ressemble à ta yourte

Ça c'est un peu con

Car de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

Surtout que de bas mon plafond

Ressemble à ta yourte

Ça c'est un peu con

 

Dommage t'as pas la webcam

T'attends qu'les trois mages

T'en offre une à ton image

Avec la came et la femme

T'es l'nouveau Jésus

J'l'ai toujours su

C'est pas pour rien

Qu'on t'appelle Josu

 

 

Mais dans ta yourte

Fume pas trop la moquette

J'me moque pas d'ta tête

Mais de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

Et de bas ta yourte

Ressemble pas à une tour

Elle s'rait un peu courte

Mais de haut ta yourte

Ressemble à une tourte

C'est mieux somme tourte

 

(blague à part, mon frère, tu peux être fier de ta yourte)

 

 (2007)

 

 

 

 ÉTRON

 

 

Un gros caca

Faisait son rabat-joie

Il n’voulait pas

Sortir de là…

 

De mon cul De mon cul

Je n’l’aurais jamais cru

Et pourtant de constat

Il n’avait qu’à faire ça

 

Dans les toilettes droit

Les mains sur les parois

Je fais comme Samson

Cela bien sûr sans son…

 

De mon cul De mon cul

Je n’l’aurais jamais cru

Et pourtant de constat

Il n’avait qu’à faire ça...

 

J’me met à lire

Pour remplir la tirelire

Mais pas un sou

De quoi devenir fou…

 

De mon cul De mon cul

Je n’l’aurais jamais cru

Et pourtant de constat

Il n’avait qu’à faire ça

 

Alors qu’jvois en carré

Le trophée espéré

« Un gros caca pour maman »

Parole d’encouragement...

 

De mon cul De mon cul

Je n’l’aurais jamais cru

Et pourtant de constat

Il n’avait qu’à faire ça...

 

Enfin j'prie Dieu

Le bon roi de mes deux

Pour qu'j'ponde une crotte

Aussi grosse qu'une carotte...

 

De mon cul de mon cul

Qui n'l'aurait jamais cru

Et pourtant de constat

Il n'avait qu'à faire ça...

 

Dieu m'dit « Serre pas des fesses »

Oh voici son Altesse

Le paradis

Est à trois crottes d'ici...

 

De mon cul de mon cul

Qui n'l'aurait jamais cru

Et pourtant de constat

Elle venait bien de là !

 

(2007)

 

 

 

 MONSIEUR TROUBADOUR

 

 

 

L'Amour qui moure

C'est un peu court

Monsieur Troubadou-our

Fait un autre tour

Autour de ta tour

Monsieur Troubadour

Car l'Amour

Remplit la nuit et le jour

 

Cela depuis toujours

Qu'il rime avec le jour

 

 

L'Amour qui moure

C'est un peu lourd

Monsieur troubadour

Fais un peu d'humour

Même si l'Amour

Te joue des tours

Car l'Amour

Cavale chevalier de l'Amour

À cheval sur l'humour

L'aveugle rit du sourd

 

 

L'Amour qui court

Du pied de ta tour

Jusqu'à la basse-cour

Chante sans détour

Que tu es sa tour

Monsieur Troubadour

Alors prends ta guitoure

Et puis fais en le tour

De c'que t'as dans l'cour

Une fleur nommée belle de jour

- Oulours prou tou guoutoure

Ou puou fous ou lou tou-our

Dou c'qu'ou tou dou l'cour

Oune flour noummou boule dou jour

 

 

J'ai fait tout c'parcours

Aller et retour

Pour t'porter secours

Là où tu t'fourres

Faut pas qu'tu t'goures

Monsieur Troubadour

Ah c'que c'est dour

D'aimer sans retour

Mais au défi d'l'Amour

Je crois que je suis pour

Mais au défi d'l'Amour

Je crois que je suis pou-our

Eh bien vas-y accoure

Monsieur Troubadour

 

(2009)

 

 

 

 

 

AMOUR DE TROUBADOUR

 

J’ai trouvé un troubadour

Qui en joi(e) faisait la cour

Avec quelque chose qui fini en « our »

C’est quoi ? C’est quoi ?

C’est l’Amour !

 

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

 

Quand j’l’ai vu avec son barda

J’me suis dit : « Ca c’est un barde ! »

Attention ça va barder

Il ne va pas tarder à aimer…

d’Amour d'amour d'amour

 

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

 

Alors j’l’ai vu sortir sa guitare

Comme une rose au service de l’art

Il avait la gueule d’un têtard

Mais vraiment l’âme de sa guitare

 

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

 

C’était tellement érosique

L’air qu’il fit au public

Qu’il y eut un mouvement de panique

Son amour n’était pas unique

(La nique la nique la nique !…)

 

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

 

La situation – ouf ! – fut sauvée

Quand on vit ses yeux se fixer

Sur c’qui semblait être sa bien-aimée

Qui le regardait tout' troubadourée

 

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

 

 

S’il faut une morale à cette histoire

Notre troubadour l’a toute trouvé

C’est qu’on est l’amour d’un soir

Et son grand Amour d’une éternité

 

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

Pinpinpin-linpinlinpinlinpin pinpinlinpin pinpinlinpin…

Pinpinlinpin pinpinlinpin pinlin-pinpinpinpinlinpinlinpin

Pinpinlinpin pinpinlinpin pinlin-pinpinpinpinlinpinlinpin

 

 (2009)

 

 

 

 

 

CANTIQUE COLLECTION :

 

 

 

Jadis j'ai été Témoin de Yahoa

Oh ce ne fut pas toujours la joie

Mais aujourd'hui je suis rétabli

Et il m'arrive de chanter dans mon litUn de leurs cantiques donnant à peu près ça:

(chanter comme un petit enfant)

"Louez Oi, Louez Oi... Ayez confiance en son Royaume

Louez Oi de tout coeur... Trouvez le vrai bonheur..."

Et je me dis, mon Dieu, que je suis bien fou

Que je suis bien plus brebis que loup

Mais c'est un fait, depuis tout petit

Je n'ai cessé pendant quinze ans de chanter

Cet autre classique, ce tube qui eût été:

(chanter à la façon Brassens)

"Obéissance, reconnaissance, nous le devons à Dieu

Il est sagesse, plein de tendresse.

Montrons-nous fidèles et pieux"



Là, je me dis qu'il faut que cela cesse

Que je ne suis pas un enfant de la messe

D'obéir aux parents, je n'ai jamais aimé

Mais pan-pan fion-fion ça donnait du coeur à chanter:

Ce chant qu'Abraham aurait super aimé:

(à la façon chant d'opérette accent italien)

"Dieu fidèle, Dieu d'amour.

 A toi nous avons recours

N'as-tu pas donné ton Fils

 Et sa vie en sacrifice"





 A vingt deux ans, j'ai quitté la Famille

La grande famille qui sur terre fourmille

A quarante ans, ce fut tout pardonné

Et il me revient cet autre chant qui donnait

La patate, surtout le dimanche pour prêcher:

(allègre comme les 7 nains sur « siffler en travaillant »)



"La nouvelle du Royaume, Christ a dit de proclamer

Annonçons la nouvelle du Royaume

Dans cette oeuvre nous seront vaillants, hardis et décidés

Annonçons la nouvelle du Royaume

Nous prêchons ce beau Royaume dans les rues dans les maisons

Et souvent on s'prend des claques et la porte claque pour de bon!

Travaillons avec un plus grand zèle dans la prédication

Et dansons la nouvelle du Royaume!



Jadis j'ai été témoin de Yahoa

Oh ce ne fut pas toujours la joie

Mais aujourd'hui, je suis rétabli

Et il m'arrive de dire merci

D'avoir été Témoin de Yahoa!...

D'avoir été Témoin de Yahoa!...

D'avoir été oi oi oi oi oi oi oi...

 

(2014. Textes et composition Aube de l'Étoile, sauf les cantiques de la Watch Tower Society parfois arrangés... )

 

 

 

PAPA TUBES

 

 

Papa l'état un drôle de mariole

Pêcheur, il était d'la rigolade

L'aimait l'humour en salade

Pour ça il était notre idole

 

 

Il servait à ses enfants des chansons

Qui accrochaient comme un hameçon

Jamais papa n'avait de tube nouveau

Mais à chaque fois on riait comme des veaux

 

 

Nous racontant qu'à l'armée en Alsace Un gendarme s'était retrouvé sur son capo

Vous zavez mossieur que vous avez dépassé le 90!”

Dit le gendarme, et là papa chantait, l'as:

 

La taca taca tac tac tiqu' Du gendarme,

C'est d'avoir avant tout Les yeux en fac' des trous. (x2)
Contravention ! Allez, allez, Pas d'discussion Allez, allez, Exécution !Allez, allez,
J'connais l'métier.

 

Papa avait été enfant de choeur

Voyez c'que ça peut faire avec un cœur

De farceur, car bien que le curé

Lui sonna les cloches, il chantait à la récré :

 

blou bing bou ba bag blou bi babo boubing

blou bien bou ba bag blou bi bala bou bing !

 

Papa était charcutier de métier L'avait une tête d'oie ou d'cochon comm' patron

En sus d'un coup de pied au fion Lui avait appris la chanson du charcutier :

 

Les gars bisent la vie maussade

Elle n'avait rien de rigolo

Ces gens-là sont des malades

Ils travaillent du ciboulot

Nous on ri dans une série

On est patron charcutier

Je vous jure que la charcuterie

C'est bien l'plus chouette des métiers

 

V'là mon associé d'la barbaque

V'là mon associé l'bidochard

Ensemble nous tenons la baraque

Et nous sommes tous les deux hommes de lard

Chaque matin il faut que l'on s'débrouille

Moi j'fais l'pied toi l'andouille

Chaque jour nous écorchons

Chacun not' tête de cochon !

 

Un beau jour papa nous dit  Qu'une fois avec la belle-mère

Il vit une vache et dit : « Oh la vache ! »

Elle fit : « On dit meumeu » ... et il répondit :

 

As-tu vu la vache qui faisait meumeu

As-tu vu la vache avec ses yeux bleus

Avec sa p'tite queue nature

terminée par un plumet

Elle battait la mesure

tandis qu'les oiseaux chantaient

(sifflement d'oiseaux)

 

Une fois qu'enfant je vis la mer Je me fis mordre au nez par un chien-loup

J'me rappelle qu'il y avait la belle-mère

Scandalisée, paniquée... mais papa me chanta pour le coup :

 

[La chanson du chien : ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ...]

 

Papa faisait plus rire ses enfants que maman

C'est qu'il était bipolaire, mais d'un humour fou

Tout rouge, il pouffait, pleurait devant nous

Quand il faisait ce petit air de nez hilarant :

( Il accordait son nez comme une guitare faut savoir)

 

[air du nez, narine bouchée]

 

(« Ah et il faisait le cheval aussi, vraiment bien » : hennissement)

« Ah et puis aussi » : )

Oh l'escargot quelle drôle de petite bête

C'est rigolo ce qu'il a sur la tête

Avec sa p'tite queue nature

Terminée par un plumet

Il battait la mesure

Tandis qu'les oiseaux chantaient

(Ah non, c'est pas ça, c'est :)

 

Un chat, miaulait, derrière la gouttière,

Un chat montrait son petit trou d'....de de de de de....

Oh l'escargot... (hennissement de cheval) «  -OH le cheval »

On dit pas un cheval on dit un « Hue dada » Et ma chanson finit comme ça.

 

(2014)

 

 

 

 QUE LA BROYETTE EST BONNE





 Je suis le roi de la broyette

 Oh oui oh oui oh oui

 J’y arrive même en mobylette

 Oh oui oh oui oh oui

 Dès fois quand j’pédale ça m’fait déban

 Je suis naturellement frétto

 Mais ne vais pas jusqu’à la géclie

 Oh oui oh oui oh oui

 

 

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

 Dites de quoi avoir heton

 Oh oui oh oui oh oui

 Si tous les jours je fais ma tepon

 Oh oui oh oui oh oui

 Avant de dormir ça tendé

 Et l’matin fait lever d’bon piond

 Et puis y’a pas d’mal à prendre son piond

 Oh non oh non oh non

 

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

 

  Savez-vous y a longtemps ma liregion

 Non non non

 Frappai cet acte d’interdiction

 Oh oui oh oui oh oui

 En nous disant que c’est purin

 J’sais pas pourquoi mais j’me sens pur – hein ?

 J’me suis bein r’trappé ça c’est sûr

 C’est sûr c’est sûr

 

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

 

 J’préfère semer ma garenne dans mon pieu

 Oh oui oh oui oh oui

 Que d’semer des bebons au nom de Dieu

 Oh oui oh oui oh oui

 A moins d’penser qu’c’est un hocimide

 D’lâcher comme ça ses tétarmozoïdes

 Ce s’rait plus que bizarroïde

 Oh oui oh oui oh oui

 

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a…

 Ah que la broyette est bonne

 De haut en bas la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Ha-a-a…

 

 

Qu’ils gardent leur marole

 Oh oui oh oui oh oui

 Moi ça m’fait du bien au ramol

 Oh oui oh oui oh oui

 Et j’suis sûr qu’j’suis pas l’seul

 Même si on fait le guébeule

 Moi j’en connais du genre toqualique

 Qui font d’la broyette hébrayique

 

 

Ah que la broyette est bonne

De bas en haut la musique sonne

 Ça fait des Ho ça fait Ha – Haaa…

 Ah que la broyette est bonne

 Crie haut et bas ma chanson koichonne

 Et si vous croyez que je décoinne

J’f’rai des Oh et des Ah…

 Et si vous croyez que je décoinne

J’f’rai des Oh et des Ah…

 Et si vous croyez que je décoinne

J’f’rai des Oh et des Ah…

 

(2015)

 

 

 

 

 

 

La langue Françoise



Un lapin, une lapine

Un sapin... - Une sapine !

Eh non pas d'bol y' a pas de sapins féminins !

Un cochon, une cochonne

Un boulon... - Une boulonne ?

Eh non pas d'bol, y'a toujours pas d'boulons féminins



Ah ma belle-belle langue française

T'es pas, t'es pas... t'es pas d'la... baise !

Mais ma langue langue...langue, Françoise,

Elle sait bien... l'art de la boise !





Un jars... ja-argonne

Le lapin... - Lapingouine !

Eh non, pas d'peau, lapin clapit... comme clapier

(allons un effort!)

La... belette belote

La poule... - Poulote ?

Eh non, pas d'peau, poule après poulet piau-au-le !




Ah ma belle-belle langue française

T'es pas, t'es pas... t'es pas d'la... baise !

Mais ma langue langue...langue, Françoise,

Elle sait bien... l'art de la boise !



(Dernier p'tit tour on s'concentre, comme au manège, y'a une queue à attraper là-haut – tournez manège!)



Une note tonale... - des notes tonaux !

Un narval... - des narvalos...oh

Là tu peux faire tes totaux, Toto

(- Allez, encore une!)

Une chorale... des cor-alaux !

Un bancal... des bancalaux !

Ah là là c'est... allô allô c'est la crise à l'eau !

(Alloluiah !)

Face à la crise, suffit d'une biii-se et d'chanter ah ah ah AH AH AH



Ah ma belle belle langue française

T'es pas, t'es pas... t'es pas d'la... baise !

Mais ma langue langue langue, Françoise,

 

Elle sait bien... l'art de la boise !

Et ne vous en déplaise

Quand ma p'tite Françoise

M'appelle mon p'tit loup

J'l'appelle ma p'tit' loup'

 

Et 'vec moi...elle l'ouv' bein...

 

  (2014)



I LOVE LE VÉLO

 

 

Pluie ou soleil dans les rayons

Partout nous nous frayons

Chaîne et pignons font la chanson

De nos pieds s'mettant au diapason

 I   love   le  vélo

Le temps, l'amour en spirale

De la route le pédalo

Deux roues discrètes en cavale

 Plein de joie nous nous faisons Hello!

 

Par ces temps de roue voilée

Les vélos font la route étoilée

En selle on respire la liberté

Même en cas de pneu crevé

 

 I   love   le  vélo

Le temps, l'amour en spirale

De la route le pédalo

Deux roues discrètes en cavale

 Plein de joie nous nous faisons Hello!

 

Jamais d' regret à notre achat

Avec lui on n'écrase pas un chat

La bicyclette c'est super sympa

Bourvil, Montant l'ont dit, ne l'sait-on pas

 

 I   love   le  vélo

Le temps, l'amour en spirale

De la route le pédalo

Deux roues discrètes en cavale

 Plein de joie nous nous faisons Hello!

 

Le vélo c'est vachement écolo

C'est aussi cool en groupe qu'en solo

Et parfois c'est même rigolo

Quand on croise une belle paire de... hellos

Moi ma grand-mère c'est en vélo

Qu'elle a rencontré son beau Roméo

Dans le fossé sont tombés et se sont fait Hello

Après ça vous imaginez le tableau

 



I love le vélo

Le temps, l'amour en spirale

De la route le pédalo

Deux roues discrètes en cavale

Plein de joie nous nous faisons Hello!

  (2014) 

 

 

 

TROUB'AMOUR À PARIS



À Paris je suis allé - olé olé

Comme en mission, faut pas rigoler

Pour chanter mes chansons

Ça va, c'était pas en caleçon.

 

REFRAIN.

Ris pas, ris pas, Paris

Moi provincial troub'amour

Voulant conquérir Paris

Fou pari

Refaisons un tour!

 

Quatre nuits passées dehors - olé olé

J'ai peut-être pas assez demandé

Moi qui pensais être invité, dormir à l'abri

J'l'ai failli parmi les rats de Paris

 

REFRAIN.

Ris pas, ris pas, Paris

Moi provincial troub'amour

Voulant conquérir Paris

Fou pari

Refaisons un tour!

 

J'pensais revoir ma belle, olé, olé

Que chi, vous m'en voyez bien désolé

Pourtant m'a causée une du même nom

J'vis le signe sûr, bien qu'marron...

 

REFRAIN.

Ris pas, ris pas, Paris

Moi provincial troub'amour

Voulant conquérir Paris

Fou pari

Refaisons un tour!

 

Chantant à Notre-Dame - olé olé

Képis, homme et femme, m'en ont fait allé

J'risquai quand même la prison

En un autre siècle, c'eut été la pendaison...

 

REFRAIN.

Ris pas, ris pas, Paris

Moi provincial troub'amour

Voulant conquérir Paris

Fou pari

Refaisons un tour!

 

Dirigé vers la préfecture - olé olé

On a contredit les policiers

J'pouvais aller aux Champs-Elysées

Aucun problème - sans risée

 

REFRAIN.

Ris pas, ris pas, Paris

Moi provincial troub'amour

Voulant conquérir Paris

Fou pari

Refaisons un tour!

 

Et j'y ai chanté de café en café olé

Après l'avoir fait devant Eiffel ohé

J'pensais être repéré et invité à la télé

J'me pensais guidé, faut pas rigoler!

 

REFRAIN.

Ris pas, ris pas, Paris

Moi provincial troub'amour

Voulant conquérir Paris

Fou pari

Refaisons un tour!

 

Mais de grands moments, j'en ai vécu, olé

Même si au bout de quatre nuits plein j'en eu...

J'ai vu Paris misère, mais aussi Paris magique

Avec une jeunesse magnifique

 

REFRAIN.

Ris pas, ris pas, Paris

Moi provincial troub'amour

Voulant conquérir Paris

Fou pari

J'reviendrai un jour!

Moi l'troub'amour

Avec une chanson simplette et pleine d'humour

 

  (2014)





ÊTRE STAR

 

Je veux être une star

Que tout le monde me voit

Il n'est pas trop tard

J'ai encore de la voix

J'ai quarante trois ans

Et presque toutes mes dents

Je peux faire la belle carrière

Que je n'ai pas fait hier

 

 

Être star c'est formidable

Loin de moi loin de moi le diable

Être un dieu c'est beaucoup mieux

Surtout si c'est pour de beaux yeux

Que ferais-je de tout mon argent

J'en donnerai tout plein aux gens

Et mon producteur fera pareil

Même après que ma voix s'enraye

 

 

Je suis solide comme un roc

Serais comme Daniel dans la fosse

Aux lions ferais mon rire de phoque

Et ma cote sera à la hausse

Je veux conquérir toute la terre

Sauver le monde par mes albums

Je vous le dis sans mystère

Jamais ne serais une bête de sommes

(Mais de scène... enfin peut-être... on verra bien...)

 

 

Être star c'est formidable

Loin de moi loin de moi le diable

Être un dieu c'est beaucoup mieux

Surtout si c'est pour de beaux yeux

Que ferais-je de tout mon argent

J'en donnerai tout plein aux gens

Et mon producteur fera pareil

Même après que ma voix s'enraye

 

Pour satisfaire à la demande

On fera de moi des clones

J'aurais même l'accord de Hollande

Pour faire de moi un clown

Je ne dormirais même plus

Tout mon sommeil dédié à vous

Ma femme en aura plein l'cul

Mais ni elle ni enfant ne valent vous

 

 

Être star c'est formidable

Loin de moi loin de moi le diable

Être un dieu c'est beaucoup mieux

Surtout si c'est pour de beaux yeux

Que ferais-je de tout mon argent

J'en donnerai tout plein aux gens

Et mon producteur fera pareil

Même après que ma voix s'enraye

 

Conclusion :

 

Finalement c'est plus confortable

De se faire des concerts virtuels

Ou d'être étoile à l'étable

Plutôt qu'universelle

(2016) 

 

 

 GÉNIE

 

  • Eh tu sais bien que je suis Gé gé gé gé...

  • Eh Jésus le naze, arrête !

  • Mais non je suis, je suis gégène

    Et Poissons, mais sans arêtes !

 

 

Rien à déclarer sinon que je suis génial

A dit Wilde sans Oscar

Est-ce à faire pleurer un gavial

Génie aussi s'est déclaré Dali Salvadar

Alors pourquoi pas moi, connard...

 

 

Je suis un génie, mais un génie

Complètement frappé de la théière

J'ai fait mille et une conneries

La dernière pas plus tard qu'hier

 

Rien à déclarer sinon que je suis génial

A dit Wilde sans Oscar

Est-ce à faire pleurer un gavial

Génie aussi s'est déclaré Dali Salvadar

Alors pourquoi pas moi, connard...

 

 

Je suis un génie sans bouilloire

C'est d'autant plus méritant

Que j'ai traversé trois cent fois la Loire

Sans aspirine ni Efferalgan

 

Rien à déclarer sinon que je suis génial

A dit Wilde sans Oscar

Est-ce à faire pleurer un gavial

Génie aussi s'est déclaré Dali Salvadar

Alors pourquoi pas moi, connard...

 

 

Je suis un génie aussi pour Nathalie

Quand je la prends par les nattes au lit

Et je la mets échec et mat

Si bien qu'elle reste huit siècles à moi collée

 

Rien à déclarer sinon que je suis génial

A dit Wilde sans Oscar

Est-ce à faire pleurer un gavial

Génie aussi s'est déclaré Dali Salvadar

Alors pourquoi pas moi, connard...

 

 

Comme on ne nie pas les z'harmos de Mozart

Surtout que la pluie ça pique à seau

On ne rit pas des tournures bizarres

Que j'ai chopé au lasso

 

Rien à déclarer sinon que je suis génial

A dit Wilde sans Oscar

Est-ce à faire pleurer un gavial

Génie aussi s'est déclaré Dali Salvadar

Alors pourquoi pas moi, connard...

 

Pour être honnête autant que modeste

J'ai toujours su que j'étais gégène

Et ne me dis pas que tu me détestes

Car toi aussi tu peux l'avouer sans gène.

 

 

Rien à déclarer sinon que je suis génial

A dit Wilde sans Oscar

Est-ce à faire pleurer un gavial

Génie aussi s'est déclaré Dali Salvadar

Alors pourquoi pas toi, connard...

 

Rien à déclarer sinon que je suis génial

A dit Wilde sans Oscar

Est-ce à faire pleurer un gavial

Génie aussi s'est dit Dali Salvadorasse,

alors pourquoi pas toi... co...

(2016)

 

 

 

 

 

 

 

SI ON S'ATTENDAIT À ÇA

 

 

Un jour de festoch un beau comme Christ

Avec sa gueule de déjà vu

Cristal d'azur sous longs cheveux

Genre barbu mais fin sourire en piste

Me dit avant mon tour de chant

« Bien sûr que tu m'connais ! » eh eh eh eh

Etais-je con ou niais ?

Il me dit : « Je suis Satan !... 

Et t'es là pour un transfert ! » eh eh eh eh

J'étais presque bon pour l'enfer...

Si on s'attendait à ça !!...

Si on s'attendait à ça- a-a , à tant...

 

Aïe Aïe Aïe Aïe Aïe

 

 

Ah ça t'en... Ah ça t'en retourn' l'cerveau

Ah ça t'en... Ah ça t'empoisonne et sonne

Ah ça t'en... Ah ça t'en nique un peu

Ah ça t'en... Ah ça t'en fout les boules

Ah ça t'en... Ah ça t'emmerde Satan

Est-ce qu'on s'attend à ça ?

Est-ce qu'on s'attend à Satan ?

 

Aïe Aïe Aïe Aïe Aïe

 

Mais à quoi ça tend Satan

Mais à quoi s'attend Satan

Qu'on lui dise on s'attend ?

Veux-tu savoir où qu'ça tend ?

Ça tendance à faire que

Que Satan danse

Satan nuit ça t'ennuie pas

Satan luit et ça t'enlise

Satan fonce, ça t'enfonce

On s'attend à la défonce Ha ha ha

Bah non Satan ça t'encourage

Sympatok p'tit coup de fourch'

Dans l'cul qu'il m'a mis

Ça t'en met de l'ardeur pour chanter

 

Aïe Aïe Aïe Aïe Aïe

 

 

Doux Jésus on s'attend

A ce que je sois de Satan un ouaille

Non je ne suis pas un sataniqu'ouille nouille

Le croire serait être nouille

Puisque le semblant-Christ m'a filé ses couilles

Et que selon lui je serais le nouveau Satan... Satan...

Un jour ça sera peut-être votre tour

Mais pour vous rassurer ce Satan là est amour

Ah il m'a joué un bon satané tour

Est-ce que Satan s'attendait à ça ?
Tant mieux si c'est pas le cas

C'est clair que j'ai pas fait dans l'satin

J'ai mis le mille où y a tintin...

   

  (2017)

 

 

LES PRÉLIMINAIRES

 

Il lui dit :

C'est de l'amour l'éminence

Où la parole épouse le silence

C'est l'ivresse liminaire

Un parterre d'inflorescences

 

Elles sont à l'amour

Ce que les primevères sont au printemps

Elles ont la primeur

Leur royaume est la douceur

La patience – or du temps

 

Elle lui dit :

Moi les préliminaires

Ça me tape sur les nerfs

Moi je veux aller droit au but

Moi je veux aller droit au... tube

(Non ce n'est pas ce que vous pensez, elle désire que la chanson soit un tube !)

 

 Il lui dit :

On dit des mots caressants

Puis par le rouleau des yeux

On est emporté par les sens

Yeux clos on fait nos jeux

 

C'est le chemin de l'émoi

La route de l'excitation

On entre toi et moi

En zone intime à réaction

 

Elle lui dit :

Moi les préliminaires

Ça me tape sur les nerfs

Moi je veux aller droit au but

Moi je veux aller droit au... tube

 

Il lui dit :

Ce sont les couplets d'une chanson

Préparant avec soin le refrain

C'est l'exquis hameçon

Avant la danse des reins

 

Oh puis ça me tape sur les nerfs

C'est assez inversé les rôles

Allons droit au pôle

 

Elle lui dit :

 

Mais avant... les préliminaires !

 

Et il lui dit :

Moi les préliminaires

Ça me tape sur les nerfs

Moi je veux aller droit au but

Moi je veux aller droit au... tube

 

 

CHANSON CHAUDE

 

Un midi j'vais manger chez maman

Elle a eu la main lourde sur l'piment

  • Tchou tchou !

Le soir j'vais chez ma sœur Hélène

Pas de bol elle revenait de Cayenne

 

  • Tchou tchou !

 

Le jour d'après j'vais chez mon pote Régis

Dans l'plat a lâché tout le pot d'épices

 

  • Tchou tchou ! Ouille-ouille-ouille !

 

Et depuis qu'est-ce qu'elle me fait ma chérie

Eh bein tous les jours poulet au curry

Elle me dit Je t'aime mon chou

 

  • Tchou tchou ! Tchou tchou ! Ouille-ouille-ouille !

    (ha avuto il peperoncino nel culo!)

 

Mais croyez-moi ou croyez-moi pas

J'ai retrouvé mon cousin David

Qui comme moi avait des hémorroïdes

 

Ouille-ouille-ouille !

 

 

 

 A MA PETITE TENDINITE

 

A quoi bon gratter

Si ell' m'quitte

Si à force de d'la frotter

Je n'ai plus la frite

À quoi bon ?

 

T'en dis quoi, ma petite tendinite ?

T'en dis niet, et j'ai l'aquabonite

 

A quoi bon tous mes progrès

Si tu me quittes

Si tu me lâches après

Et n'ai plus la frite

A quoi bon ?

 

T'en dis quoi, ma petite tendinite ?

T'en dis niet, et j'ai l'aquabonite

 

A quoi bon tous mes projets

Si tu me quittes

Si je suis sujet

A quequ'chose qui finit par « ite »

 

 

T'en dis quoi ma p'tite tendinite

T'en dis niet et j't'emmerdite

- Comme l'aquabonite

Dit ma chérie guitarite

 



À LA POINTE DE BOUCHEMAINE

 

 

(préambule déclamé) :

Oyez oyez bonnes gens

Ecoutez la pas triste histoire

De ce courageux pêcheur de Loire

Qui après une longue journée de pêche

Revint sur le port avec la pêche

Le soleil l'avait-il frappé sur la tête

 

(harmonica)

 

(Chanté) :

A la Pointe de Bouchemaine

Il y a quelques années

On a vu pointé le nez

D'un phoque, un veau marin

Sans sa vache marine

En cette rivière qu'on appelle la Maine

 

Ah l'marrant

Il veut nous rouler dans la farine

Eh bah nan

Et sans fumette... j'ai vu encore mieux !

 

(harmonica)

 

A la pointe de Bouchemaine

J'ai vu une baleine

Large comme la Maine

Ça faisait un pont

Elle a ouvert sa grande bouche

Et elle a dit Amen

Amène-moi du poisson

De la Maine

Amène

Amen

 

(harmonica)

 

Mais à la Pointe de Bouchemaine

J'ai vu encore mieux

Une exquise fille aux exquis yeux

Elle avait une queue de poisson

Et sur ses seins plein de son

J'lui ait dit : Toi, va pas à la baleine

Et elle a dit : Amen

Amène-moi ton poisson...

Amène

Amen

 

 

(harmonica)

 

 (été 2016)

 

 

 

La romance d'Hugues Aufray

 

C'est la romance d'Hugues Aufray

Qui auprès d'un feu se réchauffait

Autant dire qu'il était Hugues au chaud

Auprès d'ce bois en coeur d'artichaud - oh oh oh

 

Les chouettes savent qu'il chantait

Joli feu joli feu de bois

Voit comme auprès de toi on boit

Et le vin nous réchauffe comme toi

Mais répondit le petit bois:

"Je n'y ai vu que du feu

Et remarqu' y a que toi qui boit

Tandis que j'me consum' d'amour pour toi

 

C'est la romance d'Hugues Aufray

Qui auprès d'un feu se réchauffait

Autant dire qu'il était Hugues au chaud

Auprès d'ce bois en coeur d'artichaud - oh oh oh

 

Et Hugues Aufray réchauffé par le feu

Avait des étincelles dans les yeux

Et déclara sa flamme au feu de bois

"J'aime ton regard de braise..."

"Allez ça c'est du balaise

Quand le fou campe le feu fout le camp

Dit le joli feu de bois

A Hugues Aufray qu'avait pas froid

 

C'est la romance d'Hugues Aufray

Qui auprès d'un feu se réchauffait

Autant dire qu'il était Hugues au chaud

Auprès d'ce bois en coeur d'artichaud - oh oh oh

 

Or bien qu'Hugues Aufray capotait

Il a fait cuire du poisson frais

Et soudain il entendit une effraie

Mais il n'en fut point effrayê

Ah sacré Hugues Aufray

Maintenant qu'il était au chaud tout chaud

Ne voilà  t-il pas qu'il fait au feu son show

Oui qu'il chanta cette chanson givrée

Qui au feu d'amour fut livrée

 

Toi Hugues Aufray qui sans façon

Nous a pondu bien des chansons

Elle est à toi celle-ci je crois

Pour t'réchauffer... quand t'auras froid!

 

(Allez Hugues, tu prends ta guitare et tu chantes ce dernier refrain avec nous?)

C'est la romance d'Hugues Aufray

Qui auprès d'un feu se réchauffait

Autant dire qu'il était Hugues au chaud

Auprès d'ce bois en coeur d'artichaud - oh oh oh

 

 (été 2016)

 

 

 

 

Ma mini comtesse

 

Avec ma mini comtesse

Rien mais rien ne presse

 Avec ma 'tite voiture

 J'ai pas la vie dure

 

 Mais si elle ronfle pour moi

 Faut pas que je ronfle pour elle

 Mais on peut rouler toi et moi

 Avec le charme d'une 4L



 Avec ma mini comtesse

Rien mais rien ne presse

 Avec ma 'tite voiture

 J'ai pas la vie dure

 

 Et on peut y aller tout de go

 En se laissant dépasser

 En laissant son égo

 Pour ne pas trépasser

 

 Avec ma mini comtesse

Rien mais rien ne presse

 Avec ma 'tite voiture

 J'ai pas la vie dure

 

 Bien sûr que pour rouler

 Faut enlever le frein à main

 Sinon ça peut grav' casser

 Et fout' le feu à l'arrière train

 

Mais avec ma mini comtesse

 Rien mais rien ne presse

 Avec ma 'tite voiture

 J'ai pas la vie dure

 

 Si t'as une sacrée liberté

 Faut bien regarder la route

 Pour regarder les vaches qui broutent

 Et ne pas y prendre son thé

 

 Avec ma mini comtesse

Rien mais rien ne presse

 Avec ma 'tite voiture

 J'ai pas la vie dure

 

 Non j'n'envie pas ta Porsche

 Toi ta Fiesta, toi ta Picasso

 Y a tant d'bonheur dans ma « loche »

 Qu'y'ait soleil ou qu'pleuve à seau

 

(euh, pt'êt pas !)

 

Avec ma mini comtesse

Rien mais rien ne presse

 Avec ma 'tite voiture

 J'ai pas la vie dure

 

 

Avec ma mini comtesse

 Vais-je trouver ma comtesse

 Oh sera t-elle mini ?

 Mais ses fesses dire oui ?



Avec ma mini comtesse

Rien mais rien ne presse

 Avec ma 'tite voiture

 J'ai pas la vie dure

 

 (2017)

 

 

 

 

Délire sur Patrick

 



Il s'appelait Patrick

Il n'était pas triste

Il n'était pas trop beau

Il n'était pas trop moche

Il n'aimait pas traîner

Car il était patraque

 

C'est sympathique quand on est patraque

C'est sympatoche quand on est Patrick

 

Il s'appelait Patrock

Il n'était pas trop rock

Il n'était pas trop bio

Il n'était pas trop gauche

Il n'aimait pas l'troquet

 

C'est sympatoque quand on s'appelle Patrock

C'est sympathique quand on est Patrick

 

Il s'appelait Patruck

Il en faisait des trucs

Des trucs pas moches et des trucs muches

Il aimait une autruche

Qu'était pas du tout cruche

Et qui l'appelait mon p'tit suc'

 

C'est sympatuque quand on est Patruck

C'est sympathique quand on est Patrick

 

Il s'appelait Patrick

Il aimait sa patrie

Il était un peu pâtre

Surtout pâtre de Cléo

Il n'avait pas trop la frite

Car il était patraque

 

(été 2017)

 

 

 

 

 

 

Chanson simple

 

Le vent dans les dunes sirotaient des violons

ça faisait crin-crin de cheval

Pas de cymbale pour le colon

Pour Christophe c'est carnaval

 

Est-ce la chanson

Qu'est faite pour toi

Mon Dieu je ne sais pas

Est-ce qu'il y a besoin que tu comprennes

Pour que la chanson soit tienn

 

Il n'y a pas de cages pour les marées

Mais il y a des marécages

Si on te dit "Eh toi le con eh toi le fou

Regarde les étoiles allongé ou debout

 

Est-ce la chanson

Qu'est faite pour toi

Mon Dieu je ne sais pas

Est-ce qu'il y a besoin que tu comprennes

Pour que la chanson soit tienne?

 

Enfant lisant Tout L'univers

Rêvera grand le mettre dans un unique vers

Heureux les somnifères, ils n'ont pas d'insomnies

Mangeons la soupe aux soupirs avec le sourire

 

Est-ce la chanson

Qu'est faite pour toi

Mon Dieu je ne sais pas

Est-ce qu'il y a besoin que tu comprennes

Pour que la chanson soit tienne?

 

La vie c'est pire que le passé simple

Et ma chanson un peu simplette est toquée

Ce serait tellement plus simple

Si c'était pas si compliqué

 

Est-ce la chanson

Qu'est faite pour toi

Mon Dieu je ne sais pas

Est-ce qu'il y a besoin que tu comprennes

Pour que la chanson soit tienne


(été 2017)






C'est pour toi

(en chanson sketch)



 

C'est pour toi revu en mode sketch. Pierre Desproges disait: On peut rire de tout mais pas avec tout le monde... Et moi je dis que de ce qui s'est passé (par rapport à cette chanson), vaut mieux en rire! C'est aussi ce qu'on peut d'offrir de mieux aux "morts", pour qu'ils puissent dire de là-haut: "J'suis mort de rire!"

 

 

Vous savez, chers spectateurs, il y a des chansons toutes mignonnes, venant d'un coeur d'enfant tellement pur qu'on pourrait jamais croire qu'elles pourraient créer des problèmes, et même, disons-le, faire du mal. ça pourtant été le cas de mon meilleur ami, qu'on appelle aussi le roi des boulettes. Eh oui! et pour preuve, il y a une décénnie il a été dingue de sa soeur (le pov', il savait pas tout ce qu'il sait aujourd'hui... ça lui est tombé sur la tête, comme ça. Il a fallu qu'il grandisse pour savoir...) Bref, vous allez pas me croire mais sa vie, au roi des boulettes,  elle m'inspire beaucoup, et entre parenthèse, moi je ne fais jamais de l'autobiographie (attendez, la honte!) et puis plus c'est perso, moins c'est universo, tout le monde le sot... Bon, mieux vaut en rire de l'histoire qui va se raconter en chanson.

Oui. Ça commence par le refrain tout mignon que voici.

 

C'est pour toi papapa

Tu enchantes mon cœur

Tu es un bouquet de fleurs

Qui fait le bonheur

 

(Vous voyez comme c'est mignon - c'est même bateau... Mais c'est à la suite que vient la cata. Alors, là, je vous préviens, j'suis pour la prévention; alors comme je sais pertinemement qu'on a tous tendance à faire des interprétations et le plus souvent dans le mauvais sens (je parle par expérience!) je vais commenter au fur et à mesure pour nous éclairer. ça va pas être triste.

 

La première fois que je t'ai vu

(rien à signaler)


Tu étais toute petite

("Oh là! qu'est-ce qu'il veut dire?..." Attendez, pas de panique. ça va être éclairé bientôt)

C'était une grâce émérite

(mmmh...)

 

Et je n'aurais jamais cru

(nous aussi, on aurait jamais cru...)

Te revoir vingt ans plus tard

(Ah là on est éclairé. Bah ouais, là, elle est sevrée! OUF! On a frôle le pire!...)

Au départ de ta chère grand-mère

(Alors, il faut savoir que le "départ" en question, en fait, ce sont des obsèques... Bah, faites pas cette fête d'enterrement. Faites plutôt une tête d'enfêtement! Tomber amoureux à des obsèques, c'est la tombe des tombes! Que dis-je! une hécatombe! Eh - confidence pour confidence - à Haïti, les obsèques sont de vrais fêtes. Qui n'a pas vu les obsèques joyeuse d'Iz chanteur d'Over the Rainbow? alors qu'ici, les morts on les déterre, les vivants on les enterre, c'est atterrant. "Eh mon coco, ici c'est pas Haïti, c'est pas le même climat, nous on n'a pas le soleil 24/24! Atterris un peu..." - Nan, mais attendez, faut pas tout confondre, hein, y a la mort et ce qui va avec et l'amour et ce qui va avec. Et puis l'instinct de vie et l'instinct de mort ça existe. Bah moi j'ai choisis l'instinct de vie, na!" que répond mon meilleur ami Et entre nous, la grand-mère, elle l'enviait mon ami amoureux de sa petite fille: son esprit parti de son corps cramant (oui parce que c'était pas vraiment un enterrement), elle se disait, planant au-dessus de nos têtes: "Ah j'aimerais tant être à sa place..." Bah ouais, rien de plus beau que l'amour! Et j'peux vous dire que l'Amour se fout royalement de la mort, qui n'est qu'un changement de domicile, suivant la belle formule du sage malien Amadou Ampaté Ba! Ce qui n'a pas empêché mon ami de pleurer... comme pour Iz. Bon, c'est pas tout, mais faut quand même avancer.

Ce fut un miracle un mystère

(OK)

Qui me fit coucher fort tard

(– "Coucher fort tard..." – Bah ouais, tiens, quand tu viens d'être amoureux, d'avoir le coup de foudre, t'as pas envie que s'efface son visage avec le sommeil imminent...

Bon, tout ça c'est quand même pas terrible. Heureusement qu'il y a le refrain! Allez, gaiement ensemble :)

 

C'est pour toi papapa

Tu enchantes mon cœur

Tu es un bouquet de fleurs

Qui fait le bonheur

(Deuxième couplet. Y'en a encore trois. A c't'allure on est pas couché nous aussi!)

 

On a un peu échangé

(Allez, au total, cinq minutes à tout casser!)

Tes yeux faisaient ma ronde

("Tu rôdais, quoi!" Bah non: "Ronde": note de musique. Une noire égale deux blanches... oh je sais plus, vous savez j'ai pas fait le solfège!)

Je cherchais à percer ton monde

(Non pas aut' chose. Elle n'est plus... elle n'est plus... elle n'est plus petite!)

Et comme tu as pu changer

(Ah qu'est-ce qu'elle avait pu changer. Et alors elle dit à mon ami toute contente, comme si elle l'avait attendu pendant vingt ans pour se marier avec lui: "J'ai vingt cinq ans!")

Mais j'ai reconnu ton âme

(OK)

Quand tu te faisais coquine

("Quand tu te faisais coquine"... alors tu peux m'dire c'que ça veut dire?" Bah tu dis bien d'un enfant: "Oh le coquin!" ou "coquine" si c'est une fille. C'est pas ce que tu penses. Par contre maintenant qu'elle a vingt cinq ans, j'espère bien qu'elle est un peu coquine dans le sens que tu penses!)

( « "Quand tu te faisais coquine" ... Alors tu peux m'dire c'que ça veut dire ? » – Bah tu dis bien d'un enfant « Oh le coquin ! » ou « coquine » si c'est une fille. C'est pas ce que tu penses. Par contre maintenant qu'elle a vingt cinq ans, j'espère bien qu'elle est un peu coquine dans le sens que tu penses!)

Plus grande mais tout aussi fine

Et à ton sourire je me pâme

(Ah c'est beau l'amour! Nan, mais heureusement qu'y a le refrain, hein. D'ailleurs, il aurait mieux valu qu'un refrain!)

C'est pour toi papapa

Tu enchantes mon cœur

Tu es un bouquet de fleurs

Qui fait le bonheur

Allez, on s'enfonce un peu plus dans l'histoire. Ah j'adore les chansons à histoires. Je veux dire qui racontent des histoires.

 Je t'ai donné trois photos

(ça c'est carré, pas une de plus ou d'moins. "Mais tu peux m'dire pourquoi tu venais aux obsèques?" - Bah attendez... Vous croyez pas qu'on peut aller à des obséques et pleurer sincèrement pour la grand-mère tout en se réjouissant de revoir une potentielle compagne? Et puis, je n'savais pas du tout que ça allait arriver, ce coup de foudre. Je lui aurais donné les photos dans tout les cas. Et puis, attendez, j'suis célibataire, merde! J'suis un homme, avec un coeur qui bat, merde! Et pis j'vois pas l'mal à être un mâle! - que dit mon ami - le roi des boulettes)

Qu'il y a vingt ans je pris de toi

(logique...)

Seule ou ta mamie à côté d'toi

("D'ailleurs, sa mamie, je l'aimais bien. Elle m'aimait bien aussi. Tu penses, on s'comprenait, elle était artiste!" dit mon meilleur ami, et je le soutiens)

T'étais contente, y'a pas photo

(Ça c'est bien vrai. Eh! Elle a remercié mon ami deux fois, quand même! Une fois quand il lui a donné les photos, une autre au moment des au revoir. Elle lui a même dit "À une prochaine fois". Alors après on lui dit: "Elle était outrée!". – Bah alors pourquoi elle m'a remerciée? – Par politesse.

Logique. Allez démêler tout ça, je vous souhaite bien du courage. C'est pas tout mais faut avancer, d'ailleurs on va faire le couplet en avance rapide pour se remettre en tête:)

Je t'ai donné trois photos Qu'il y a vingt ans je pris de toi  Seule ou ta mamie à côté d'toi T'étais contente, y'a pas photo

Et moi dans ces circonstances

J'aurais voulu prendre les devants

Mais j'ai trouvé cela inconvenant

(Ah quand même! Le roi des boulettes est un peu con, mais il a quand même un grain de conscience!...)

C'est bon pour la relance

("Ah d'accord je comprends. C'est reculer pour mieux... pour mieux... On saute! Ah heureusement qu'il ya le refrain pour nous sauver. Il tombe pile poil! Allez, tous en choeur:)

 

 C'est pour toi papapa

 Tu enchantes mon cœur

 Tu es un bouquet de fleurs

 Qui fait le bonheur

 

 

Tu vois c'est pas du Chopin

(ça c'est clair!)

Que je ponds seulement quelques notes

quivoque... En fait il considèrerait pas ses notes comme des crottes - l'auteur? Remarque, j'en connais un qui a crottement dit - carrément - que mes chansons c'était de la crotte. Et je reste poli.)

 

Histoire d'avoir la cote

(Quelle naïveté du roi des boulettes. Comme si un RSA avait une chance d'être le compagnon – non, parce que "p'tit copain", franchement, on est plus à l'école –, voire se marier, – ce qui dépasse les bornes de l'imagination encore plus – avec une fonctionnaire d'Etat!... Plus t'as d'argent, plus t'es un homme. Un homme bien et recommandable. Non, le roi des boulettes ne veut surtout pas dire que son amoureuse n'est pas une femme bien et recommandable. On peut être riche et con et riche et bon - comme pour les "pauvres". Et, par chance, par grâce, l'amoureuse de mon meilleur amie elle est riche et bonne. Ceci dit, pour pas prêter à cancans, c'est pas après son argent qu'il courait)

Comme un petit lutin

(Ah heureusement que j'ai corrigé. L'original c'était: "Comme un petit lapin". "En plus il est un... lapin?)

Et je fais mon bonhomme de ch'min

(Là, pas une bavure... style Brassens, de bonne réputation...)

Composant ce que l'âme serre

(Ah c'est beau! L'âme serre... l'âme-soeur! - La qualité poétique et la subtilité langagière méritait d'être relevée. C'est la pépite dans la boue - malheureusement, ils n'y ont vu que de la boue, les mauvais orpailleurs!)

Émerveillement d'un célibataire

(On l'a compris)

Juste pour t'offrir ma main.

(Alors l'autre direct. Trois jours après, il lui offre sa main, - et en chanson! Chanson qu'il a dû supprimer d'ailleurs - on comprend pourquoi maintenant. Allez, heureusement qu'y avait le refrain! ça sauve tout!)

 

C'est pour toi, papapa

(Nan, là, y en a marre... J'annonce Grand schlemme. Nan parce que, à en entendre certains, que je ne citerai pas, des Stéphane – oui, mon meilleur ami, comme par hasard, il s'appelle Stéphane comme moi... – ; des Stéphane, disais-je, il y en a des milliers - que dis-je! des millions, sur terre. Mais des comme il est tombé amoureux, mon meilleur ami, y en a qu'une seule sur terre! Alors forcément on va la reconnaître si on la nomme. Mon meilleur ami, par contre, il est incognito, pas d'risque d'être embêté... Bref, là, y en a marre, je vais donc chanter l'original. Oui, mes amis, il y a un original au refrain, que j'ai, pour ne pas que mon ami ait de problèmes, changé... Et donc, comme il a eu des problèmes, chouette! vous avez droit à l'original en exclusivité - bande de veinards! - Finalement, merci, problèmes et causeurs de problèmes!, et donc ce refrain donnait... attention, attention!):

 

Mélina, papapa

Tu enchantes mon cœur

Tu es un bouquet de fleurs

Qui fait le bonheur...

Le bonheur.

(Que du bonheur!)

 

 

 



Posté par histoiredeplume à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les chansons de Aube de l'Etoile, artiste Asperger et roi du grand écart (partie 3)

PARTIE 2

CHANSONS SUR LA VIE, LE QUOTIDIEN





 

 QUIPROQUO

 

Pour D.R

 

Une des deux chansons influencées par la lecture d'un livre de chansons intégrales de Pierre Perret.

 

 

Rachi croyait qu'il avait compris

Ce qu'avait dit son ami sur un ami

Y'avait un truc qui lui avait pas plu

Alors Rachi y avait mis son grain d'sel

Et ç'avait fait comme en Israël

Une mer salée mais l'poivre en plus

Il avait en fait compris que tchi

De c'qu'avait dit son ami sur un ami

 

 

Pourquoi ça naît les quiproquos

Il y pigeait que tchi

Ça t'apprendra à faire ton Don Tchiquo

Mais y pigeait pas plus Rachi

 

Rachi y s'croyait blanc comme neige

On fait pas 'vec du jaune d'oeuf des blancs en neige

Pas plus qu'une omelette sans casser des oeufs

On lui avait pas dit qu'fallait tourner sept fois l'cerveau

Avant d'agir et d's'planter comme un veau

N'avait pas d'boeuf sur la langue Rachi 'vait pas fait l'école des boeufs

Rachi y s'croyait blanc comme neige

On fait pas 'vec du jaune d'oeuf des blancs en neige

 

 

Pourquoi ça naît les quiproquos

Il y pigeait que tchi

Ça t'apprendra à faire ton Don Tchiquo

Mais y pigeait pas plus Rachi

 

Rachi croyait avoir parlé pour la bonne cause

Pour la bonne cause qu'est-ce qu'on cause

Les boulettes ça t'cale un bonhomme

Tu t'croyais pas con pour de bon t'y voilà

En un coup de torero et Holà

V'là tes couilles qui deviennent des pommes

Rachi croyait avoir parlé pour la bonne cause

Pour la bonne cause qu'est-ce qu'on cause

 

 

Pourquoi ça naît les quiproquos

Il y pigeait que tchi

Ça t'apprendra à faire ton Don Tchiquo

Mais y pigeait pas plus Rachi

 

01/04/04



 

 

 C'EST LA VIE, TU N'Y PEUX RIEN

 

 Cette chanson est comme un grand couplet-refrain. Elle aurait pu figurer dans les « Chansons humoristiques ». À rapprocher de Pas facile.

 

 

 C’est la vie

Tu n’y peux rien

Raccroche-toi  aaa...

C’est la vie

Tu n’y peux rien

Raccroche-toi  aaa...



Si tu as mal

Où ça fait mal
C'est norma a-a-al

 

C’est la vie

Tu n’y peux rien

Raccroche-toi  aaa...

C’est la vie

Tu n’y peux rien

Raccroche-toi  aaa...



Si tu t’sens perdu

Qu't'en a plein l'fût

Que rien ne va plus 

Si t'en a ta claque

Des paires de claque

Pleure et barbote dans ta flaque



C’est la vie

Tu n’y peux rien

Raccroche-toi  aaa...

C’est la vie

Tu n’y peux rien

Raccroche-toi  aaa...



Si t'as envie de t’foutre en l’air
Va t’en, Va t’en…prendre l’air

Montre que t’en as dans la culotte

Va voir tes ami(e)s… tes potes

Et chante à plein poumons 

Ce nouveau refrain un p'tit peu con 

 

C’est la vie

Je n’y peux rien

Si je suis là aaa... a

C’est la vie

On n’y peux rien

On en est tous un peu là

 

Alors chantons à l'Amour

Il n'y a que ça... pour toujours

Ça et un... sacré humour

Un sacré hu-u-mour !...


                                                      (2006)





MONSIEUR GROS MALIN



C'est une chanson qui parle d'un père et sa fille et également dune fille et son père.



Quand chez toi c'est l'hiver

Le printemps n'est pas loin

Quand chez toi c'est l'printemps

L'hiver est dans l'coin

 

Par quel bout te prendre

Par quels méandres

On peut te faire comprendre

Tu as du bois à fendre...

Monsieur gros malin!

 

 

Sors un peu d'ta caverne

T'auras moins de cernes

T'excite pas tout à coup

Ça fait peur mon loulou

 

Par quel bout te prendre

Par quels méandres

On peut te faire comprendre

Tu as du bois à fendre...

Monsieur gros malin!

 

Là tu vois tu m'saoûles

Va manger ta semoule

Mais fais pas la tronche

J'vais t'souffler dans les bronches

 

Par quel bout te prendre

Par quels méandres

On peut te faire comprendre

Tu as du bois à fendre...

Monsieur gros malin!

 

Devant ton visage de bois

Je ne suis pas de bois

Tu vois j'en fais des flûtes

Pour t'sortir d'ta culbute

 

Je sais te comprendre

Je t'vois dans la cendre

 

A rien comprendre

De tous ces méandres...

Monsieur gros malin!

 

Si tu m'dis « mon ange »

Vois-tu ça m'dérange

Si tu m'dis « ma chérie »

Je n'suis pas attendrie

 

Tu dis « Rien à comprendre

Par quel bout te prendre

Ta langue tu sais la pendre

Mais y a du bois à fendre...

Mademoiselle p'tite maline!

 

Toi le père, moi la fille

On est comme les brindilles

On prend facilement feu

Attention les yeux

 

Par quel bout nous prendre

Sans se méprendre

Au fond on a l'coeur tendre

Il nous faut pas le fendre...

Monsieur gros malin!

                                       (2010)

 

 

 

PAS FACILE

 

 Pas facile de vivre

Qu'on soit a jeun ou ivre

C'est la mort qui nous délivre

C 'est l'amour qui nous fait vivre

 

Pas facile de choisir

Entre envie et désir

On a besoin du désir

Et on a envie de partir

 

 

 C'est marrant

C'est pas marrant

Qu'est-ce qu'on s'marre

J'en ai marre

Mais j'vais d'l'avant

Dans le vent

Les cons derrière

Les bons devant

 

 

Pas facile d'espérer

Plus facile d'désespérer

 

Qu'on pleure en Mi ou en Ré

Ça fait toujours du bien de pleurer

Pas facile de se construire

Très facile de se détruire

On peut se nuire, se maudire

Et on peut choisir le rire

 

 

 C'est marrant

C'est pas marrant

Qu'est-ce qu'on s'marre

J'en ai marre

Mais j'vais d'l'avant

Dans le vent

Les cons derrière

Les bons devant

 

 

Pas facile de reconnaître

Ce qu'il y a en nous à naître

De conjuguer en nous l'être

Et le paraître

 

Quand le dehors nous donne tort

Et le dedans dit «  Un effort! 

Au sein d'la boue il y a de l'or... »

 

C'est marrant

C'est pas marrant

Qu'est-ce qu'on s'marre

J'en ai marre

 

Mais j'vais d'l'avant

Dans le vent

Les cons derrière

Les bons devant

 

Pas facile d'aimer

Quand on est pas aimé

On met en marche notre armée

Et nous voilà désarmé

 

Pas facile de s'aimer

Au lieu de se laisser aller

A dire « A quoi bon, où aller? »

Au lieu d' « Allez, allez, allez! »

 

C'est marrant

C'est pas marrant

Qu'est-ce qu'on s'marre

J'en ai marre

Mais j'vais d'l'avant

Dans le vent

Le pire derrière

Le meilleur devant

L'Amour... comme Vent.

                                  

(2010)

 

 

 

 

CHANSON POUR UNE ADO

 

 

 Mon corps chamboule

J'ai les boules

J'ai les boules

Quand je vois ma goule

Et ouh là là

J'vous raconte pas

C'qui s'passe à l'intérieur de moi

 

Que toutes les nanas

Ont leurs ragnagnas

Ça effraie un peu les gars

Et ça les fascine

Comme nos poitrines

Mais ils ne comprennent pas

Nos émois dans nos mois

Être ado c'est pas un cadeau

Être une ado c'est pas beau

Le rouge sang d'ma rose s'fait insistant

Cela m'indispose cette précoce promesse d'enfant

 

Mon corps chamboule

J'ai les boules

J'ai les boules

Quand je vois ma goule

Et ouh là là

J'vous raconte pas

C'qui s'passe à l'intérieur de moi

 

En moi le mot « femme » se colle

Comme un mystérieux et sacré symbole

Moi qui ne suis plus une enfant et pas encore une femme

Tant bien qu' mal j'me réfugie dans mon âme

Alors en moi pousse la révolte

Avec l'insolence de mes seins

Je me fais désinvolte

Alors qu'au fond il n'en est rien

 

Mon corps chamboule

J'ai les boules

J'ai les boules

Quand je vois ma goule

Et ouh là là

J'vous raconte pas

C'qui s'passe à l'intérieur de moi

 

Pas étonnant si j'm'en prends aux adultes à mes parents

J'ai tous les symptômes de l'adolescent

Je suis un peu gauche un peu vaurienne

Totalement mutante – c'est une naissance à la chaîne

Sans mode d'emploi pour débutante

Mes périodiques jours « sans » en prime

Bonjour la déprime !

 

Mon corps chamboule

J'ai les boules

J'ai les boules

Quand je vois ma goule

Et ouh là là

J'vous raconte pas

C'qui s'passe à l'intérieur de moi

 

Ce qui me rapproche des mecs c'est fou

C'est ce désir troublant pour eux

Je veux prendre le loup par la queue

Et en même temps prendre mes jambes à mon cou

Je déploie des trésors de séduction

Mon sexe en incubation

 

Mon corps chamboule

J'ai les boules

J'ai les boules

Quand je vois ma goule

Et ouh là là

J'vous raconte pas

C'qui s'passe à l'intérieur de moi

 

Pas facile de joindre le profond et le profane

Non des profs je ne suis pas fan

Avec un cartable de dix kilos sur le dos Leçons, devoir, contrôles

Nous préparent guère dans notre rôle

On nous gave comme des oies

Quel temps consacré à soi

On me dit l'important c'est l'habit et la pose

Mais je dis : L'important c'est la Rose

 

Mon corps chamboule

J'ai les boules

J'ai les boules

Quand je vois ma goule

Et ouh là là

J'vous raconte pas

C'qui s'passe à l'intérieur de moi

(2008)

 

 

DIX-HUIT ANS

 

Oui, j'ai dix-huit ans

Un âge super tripant

T'es majeur, mâture

Avant d'en être sûr !

 

 

A quoi ça sert

C't'anniversaire ?

Maintenant quoi faire ?

J'peux pas aller en arrière !

 

On fête mes dix-huit

C'est bon, j'fais « pfuit »

ça y'est j'suis libéré

Merci, jsuis touché

 

A quoi ça sert

C't'anniversaire ?

Maintenant quoi faire ?

J'peux pas aller en arrière !

 

J'ai ma vie à faire

Loin de la famille

Maman lave mes affaires

A part ça ils sont tranquilles

 

 

A quoi ça sert

C't'anniversaire ?

Maintenant quoi faire ?

J'peux pas aller en arrière !

 

J'suis pour l'émancipation

Mais pas pour l'abandon

J'suis un peu sauvage

« ça doit être l'âge »

 

 

A quoi ça sert

C't'anniversaire ?

Maintenant quoi faire ?

J'peux pas aller en arrière !

 

Ma p'tite sœur est pétillante

De loin, c'est plus sympa

De près elle est charmante

Avec sa maman et son papa

 

A quoi ça sert

C't'anniversaire ?

Maintenant quoi faire ?

J'peux pas aller en arrière !

 

Merci pour l'album photo

Vous auriez pu m'enlever

Mais en toute vérité

J'suis bien l'plus beau !

 

A quoi ça sert

C't'anniversaire ?

Maintenant quoi faire ?

J'peux pas aller en arrière !

 

Maintenant, j'sais à quoi ça sert

De fêter c't'anniversaire

J'peux pu aller en arrière...

Je vois c'qu'il me reste à faire

 

(septembre 2008)

 

 

 

MON FILS

 

Une mère parle.  C'est comme une lettre d'amour filial.

 

Ma vie défile, mon fils

Et mes pensées glissent

Vers toi mon miel et ma bile

À qui j'envoie des baisers par mille

 

Je t'ai portée je t'aime tellement

Et pour toi me suis tant battue

Et l'ignorance fut le ciment

Contre lequel m'a voix s'est tue

 

 

 

Ô mon fils

Toi et moi

Guyane et Arizona...

Je chante pour toi

Avec mon âme de Peau-Rouge

Et pour que le monde bouge

 

Si j'ai une voix c'est pour chanter

Maintenant et pour toujours

Mon amour est si entier

Que finiront par m'entendre les sourds

 

Tout le mal qu'on nous a fait

Personne ne le sait

Et de toute la souffrance qu'on s'est causé

Personne ne peut nous accuser

 

Ô  mon fils

Toi et moi

Guyane et Arizona...

Je chante pour toi

Avec mon âme de Peau-Rouge

Et pour que le monde bouge

 

Ô l'aurore océane arrive

Chassant la nuit noire

On aborde une autre rive

Et avec elle une autre histoire

 

Et quel que soit ton sort

Après décision de justice

Un jour tu auras une petite soeur

Qui sera fière de nous mon fils

 

Ô mon fils

Toi et moi

Guyane et Arizona...

Je chante pour toi

Avec mon âme de Peau-Rouge

Et pour que le monde bouge

jusqu'à ce que pour chaque étoile brille une bougie

Et que les voies lactées sacrent la Vie.

                                                        (2012)




MA CHÉRIE

 

Une chanson qui aurait pu figurer dans les « Chansons d'amour ». Il y a des chansons qui guérissent, je crois, en tout cas ce fut le cas pour moi avec celle-ci.

 

Ma chérie

Sans toi qu'est-ce que ma vie

Ma chérie

De vivre j'ai perdu l'envie

T'es si forte en moi que ça me tue

Je sais pourquoi tu t'es tu

Mais pas pourquoi je suis si têtu

Pourquoi sans toi s'en va ma vie

 

Ma chérie

Si beau fut notre amour

Que je devrai bénir chaque jour nouveau

Tu n'es plus là mais il reste les oiseaux

Ils chantent en moi ton éternel non retour

Et je cherche en vain des mots qui guérissent

Mon âme, vite une chanson qui puisse...

 

Ma chérie

Une chanson n'suffit pas pour tout dire

Le merveilleux de notre histoire

Cet amour exceptionnel et plein d'histoires

Qui m'a fait perdre une très chère amie

A ne savoir bénir ni maudire

Peut-on rendre propre ce beau tapis

Sur lequel on devait voler

Mais sur lequel on a bien la la la la la...

 

Ma chérie
J'peux faire l'méchant moi très gentil

Ce serait pour moi qu'une question de survie

A peine né notre amour qu'tu voulais un enfant

Qu't'étais prête à emporter loin d'ici sans moi  moi sans

Et puis tu voulais me changer du tout au tout

Moi j't'aimais comme t'es un point c'est tout